DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Le bras de fer continue dans l'Est de l'Ukraine

Vous lisez:

Le bras de fer continue dans l'Est de l'Ukraine

Taille du texte Aa Aa

La détermination des insurgés pro-russes reste intacte en Ukraine.
Ils ont, une nouvelle fois, passé la nuit dans les bâtiments publics pris depuis dimanche, à Donetsk ou à Lougansk.

La menace d’un assaut n’a pas entamé leur motivation et ils comptent même sur le weekend pour voir leurs rangs enfler de centaines de “séparatistes”.

Ils demandent toujours la fédéralisation de l’Ukraine. Ils songent même déjà à lever une armée populaire, comme ici à Lougansk.

“Ils nous ont collé l‘étiquette de “terroristes”, de gens dangereux. Ils essaient de persuader les gens que nous avons des otages ici, il n’y a aucun otage dans ce bâtiment. Toutes les personnes qui sont ici le sont de leur propre chef. Aucune personne n’est retenue ici contre sa volonté”, explique, en russe, Alexei Karyakin, porte-parole de “l’armée du sud-est”, un groupe armé.

Le déplacement du Premier ministre ukrainien à Donetsk n’aura donc pas suffi. Arseni Iatseniouk a tenté d’offrir des garanties aux insurgés : il leur a promis davantage de décentralisation et de conserver le statut des langues minoritaires. Mais pas question d’imposer le fédéralisme, sous peine de conduire le pays au naufrage.

Pour les autorités, la Crimée doit rester une exception. Près d’un mois après le référendum, la Russie vient seulement de débloquer l’accès à la baie de Sébastopol pour laisser les navires de guerre ukrainiens reprendre la mer.