DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Crise ukrainienne : trouveront-ils un terrain d'entente à Genève ?


Ukraine

Crise ukrainienne : trouveront-ils un terrain d'entente à Genève ?

Dans le bras de fer diplomatique qui oppose la Russie aux occidentaux, dans cette guerre des mots et de l’information qui fait rage à propos de la crise ukrainienne, le Premier ministre russe Dmitri Medvedev
évoque à présent le risque de guerre civile.
Lors d’une conférence de presse, il a déclaré :

“L’Ukraine se trouve au bord de la guerre civile, c’est effrayant. J’espère que tous ceux qui ont le pouvoir de prendre des décisions, je parle des autorités ukrainiennes qui sont arrivées au pouvoir à la suite d’une révolte, j’espère qu’elles auront assez de bon sens pour ne pas mener le pays sur une voie si terrible”.

“Le dialogue avec les citoyens de toutes les régions est la seule voie possible pour l’Ukraine” a-t-il ajouté avant d’appeler les occidentaux à mettre la main à la poche pour sauver le pays de la catastrophe économique.

Depuis Luxembourg, ce mardi, le secrétaire général de l’OTAN, Anders Fogh Rasmussen a demandé une énième fois à Moscou de faire baisser la pression :

“J’appelle la Russie à la désescalade dans cette crise, à retirer ses troupes massées à la frontière ukrainienne, à arrêter de déstabiliser la situation en Ukraine et à clairement faire savoir qu’elle ne soutient pas les actions violentes des séparatistes pro-russes.”

Deux visions de la crise ukrainienne… Lundi, le coup de fil entre Barack Obama et Vladimir Poutine n’avait servi à rien. Depuis l’Estonie, première frontière des pays de l’OTAN avec la Russie, le sénateur américain républicain John McCain n’a pas aidé à apaiser les choses en appelant les occidentaux à soutenir militairement Kiev.
Il va falloir attendre la rencontre de Genève, jeudi pour espérer y voir plus clair. Ce seront les premières négociations internationales depuis le début de la crise.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Le mariage pour tous à Malte