DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Le chant des oiseaux pour redonner la voix à des hommes

Vous lisez:

Le chant des oiseaux pour redonner la voix à des hommes

Taille du texte Aa Aa

Est-ce que l‘étude du chant de certaines espèces d’oiseaux permettrait à des personnes de retrouver l’usage de la parole ? Des chercheurs de l’université de Buenos Aires se sont posés la question. Ils disent avoir fait d’importantes avancées en constatant que le chant des oiseaux et la voix humaine présentait d’inattendues similarités. En étudiant le système physiologique que les oiseaux utilisent pour produire leur chant, les chercheurs ont pu élaborer des modèles mathématiques, des mécaniques qui gouvernent l’organe vocal des oiseaux.

Gabriel Mindlin, physicien à l’université de Buenos Aires : “Les oiseaux utilisent un appareil vocal qui s’appelle le syrinx. Quand l’air passe au travers de ce qui pourrait s’apparenter à des lèvres celles-ci commencent à vibrer comme des cordes vocales humaines, donc si on étudie les lois de la physique qui produisent le chant des oiseaux on aura des indications sur la façon dont est créée la voix humaine. Si on rentre les équations mathématiques qui régissent le comportement de ces voies aériennes dans un ordinateur on va pouvoir créer un synthétiseur vocal pour oiseaux qui pourrait servir de prototype pour un synthétiseur de la voix humaine.

L‘étude, récemment publiée dans Nature a montrer comment le cerveau des oiseaux coordonne le chant avec le temps, le tempo. Alors que des neurones se préparent à émettre des sons d’autres sont synchronisés avec des notes. Le décodage de la représentation neuronale de la communication pourrait aussi aider à comprendre certains problèmes du langage comme le bégaiement ou l’aphasie ou encore des désordres liés à des attaques cérébrales.

Charger son smartphone en 30 secondes… un rêve, au moins pour certains, qui pourrait être réalité d’ici trois ans, selon StoreDot, un spin-off d’une université israélienne. On utilise pour cela des nanogouttes qui sont conçues en laboratoire à partir de matériel organique et qui ne mesurent que deux nanomètres de long. Elles stockent l‘énergie rapidement dans une forme compacte plutôt que dans les piles lithium actuellement utilisées.

Doron Myersdorf, PDG de StoreDot : “Ce qu’on va voir maintenant c’est la pile, notre propre pile. Celle ci a été créée avec du matériel bio organique. Elle est actuellement chargée à 21% et nous allons montrer que dès qu’on la connecte au chargeur en 30 secondes elle doit être complètement chargée. Elle va durer deux ou trois heures, on a donc encore une marge de progression et d’amélioration. Mais pendant que je vous parle on voit qu’elle se charge très rapidement. A l’avenir toutes les piles seront chargées comme ça.”

Les concepteurs sont revenus à la base soit les acides aminés qui construisent des blocs de protéines qui sont essentiels à la vie. Les chercheurs les utilisent pour créer des molécules qui peuvent stocker la charge électrique. Les couleurs brillantes dans le tube à essai proviennent de la luminescence naturelle qui se trouve dans les biomolécules chimiquement synthétisées.

La production de ce chargeur pourrait être lancée d’ici la fin 2016 avec un coût estimé à plus de deux fois celui d’un chargeur actuel.