DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Matisse en découpage à la Tate Modern


le mag

Matisse en découpage à la Tate Modern

En partenariat avec

La Tate Modern à Londres présente des découpages de Matisse. Vers la fin de sa vie, l’artiste avait troqué ses pinceaux pour une paire de ciseaux. Il entamait ainsi un nouveau vibrant et lumineux chapitre de sa carrière.

Nicholas Cullinan, co-commissaire de l’exposition : “Je crois que Matisse considérait les découpages comme une synthèse de tout ce sur quoi il avait travaillé au cours de sa vie, il réglait ainsi des questions quant à la couleur, la ligne, les contours, le dessin, la sculpture. Il évoquait le processus du découpage comme le fait de couper la couleur.”

Au début Matisse utilisait ses découpages pour préparer ses tableaux, ses tapisseries, ce n’est que plus tard qu’ils sont devenus un support artistique à part entière. C’est ainsi qu’il avait conçu les vitraux de les chapelle du Rosaire à Vence.

Sophie Matisse, arrière petite-fille de l’artiste : “A la fin de sa vie il était plus proche, il y a plus de choses qu’il voulait faire, il sentait que le temps passait et il n’avait plus beaucoup de temps pour dire ce qu’il voulait ou pour faire ce qu’il voulait.”

Matisse est mort en 1954 à l’age de 84 ans. Entre 1943 et sa mort il a fait quelque 130 oeuvres qui sont aujourd’hui exposées à la Tate. Une occasion assez rare de voir rassemblées en un seul endroit autant d’oeuvres de l’artiste.

Prochain article

le mag

Mapplethorpe Rodin, confrontation parisienne