DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Accord de Genève sur l'Ukraine: accueil glacial sur le terrain


Ukraine

Accord de Genève sur l'Ukraine: accueil glacial sur le terrain

L’accord conclu ce jeudi à Genève va-t-il permettre d’aller réellement vers une sortie de crise en Ukraine ? Pas sûr, au vu de l’accueil pour le moins réservé des différentes parties sur le terrain.

D’abord, à Kiev: plusieurs voix s‘élèvent pour regretter que le texte ne mentionne pas la question de l’intégrité territoriale, et notamment le cas de la Crimée.

Le Premier ministre Arseniy Iatseniouk a donc tenu à faire une mise au point ce vendredi en s’adressant directement au président russe.

“La Crimée fait partie du territoire ukrainien, a-t-il martelé. Les gens de Donetsk, de Lviv, de Ternopil ou de Louhansk qui avaient là une résidence se sont faits exproprier. La Crimée est à nous. C’est notre territoire, monsieur Vladimir Poutine !”

L’accord de Genève prévoit notamment le désarmement des groupes armés illégaux et l‘évacuation des bâtiments occupés. Problème : les militants pro-russes dans l’est de l’Ukraine n’ont pas l’intention d’obtempérer tant que le gouvernement à Kiev n’aura pas été destitué. “Le texte de Genève n’a pas été signé en notre nom”, disent-ils. Aussi campent-ils sur leurs positions.

“La ville est encerclée par l’armée, dit ce membre d’un groupe d’auto-défense de Slaviansk. Et nous, on n’a pas l’intention de rendre les armes. On restera là jusqu’au bout. Et les gens sont avec nous. Ce qu’on veut, c’est une fédéralisation, on veut un référendum sur cette question”.

Ce référendum sur l’autonomie régionale, ils voudraient l’organiser le 12 mai, sur le modèle de ce qui s’est passé en Crimée.

Les séparatistes occupent toujours des bâtiments publics dans une demi-douzaine de villes de l’Est russophone.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

De Jérusalem à Rome, les chrétiens célèbrent le Vendredi Saint