DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Bangladesh : un an après l'accident Rana Plaza, les familles se sentent abandonnées


Bangladesh

Bangladesh : un an après l'accident Rana Plaza, les familles se sentent abandonnées

D’importantes manifestations ont lieu au Bangladesh ce jeudi pour commémorer le premier anniversaire de la catastrophe du Rana Plaza. Des milliers de personnes en colère se sont rassemblées dans la banlieue de Dacca sur les ruines de l’accident. Il s’agit de familles des victimes pour la plupart. Elles se sentent abandonnées et accusent les distributeurs occidentaux de ne pas avoir honoré de façon satisfaisante leur promesse d’indemnisation des blessés et des proches des personnes tuées.

“Nous avons reçu de l’argent de la banque Bkash. D’abord environs 140 euros et ensuite 470 euros. C’est tout ce qui nous a été versé”, dit une femme qui a perdu sa sœur dans l’accident.

“Les liquidités du propriétaire de l’immeuble doivent être confisquées. L’actif des chaînes de distribution qui sous-traitaient dans cet immeuble doit être saisi aussi. Tout cet argent doit être utilisé pour indemniser les familles des travailleurs blessés, morts, mutilés et disparus”, ajoute la présidente d’une organisation des travailleurs du textile,

Le 24 avril 2013, 1 1 38 ouvriers étaient tués dans l’effondrement d’un immeuble de confection de vêtements. Plus de 2000 autres étaient blessés. Il s’agit du pire accident jamais enregistré dans le secteur textile.

Un an après, 140 ouvriers sont toujours portés disparus.

Sur les 30 millions d’euros prévus après la catastrophe pour aider les familles des victimes, seulement dix ont à ce jour été débloqués.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Tournée délicate de Barack Obama en Asie