DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

L'intérêt supposé de General Electric pour Alstom relance la question du patriotisme économique français

Vous lisez:

L'intérêt supposé de General Electric pour Alstom relance la question du patriotisme économique français

Taille du texte Aa Aa

Selon l’agence de presse américaine Bloomberg, le conglomérat industriel américain General Electric serait sur le point de racheter le groupe industriel français Alstom pour environ 13 milliards de dollars (9,4 milliards d’euros). Le groupe aurait entamé des discussions avec Alstom et le gouvernement français, et aurait obtenu l’accord de principe de l’actionnaire majoritaire Bouygues qui détient près de 30% du capital du constructeur du TGV.
Branle-bas de combat chez les investisseurs qui ont fait grimper l’action Alstom en flèche jeudi avant que le titre finisse à +11% à la bourse de Paris.
Le possible rachat du groupe Alstom, fleuron industriel français, relance la question du patriotisme économique.
Pour certains analystes, les activités d’Alstom étant jugées stratégiques comme le nucléaire ou bien le TGV, cette opération aurait des implications politiques.

“Nous sommes en face d’un gouvernement, d’un nouveau premier ministre, qui essaie d’orchester le choc de la fameuse politique de l’offre que François Hollande veut insuffler, explique Pierre Briançon de l’agence d’informations financières Breaking Views. Ils essaient de réformer, de réduire les dépenses, le coût du travail, de construire des politiques en faveur des entreprises. Ce qui prouve que ce sera une opération difficile en France”.

Dans son édition de jeudi, le quotidien Le Figaro écrit que General Electric est seulement interessé par les actifs d’Alstom liés à l‘énergie, et pas par la branche transport ferroviaire.

Alstom dit ne pas être au courant d’un projet d’offre publique le concernant. Le quotidien français écrit jeudi qu’il ne devrait pas y avoir d’offre publique mais parle d’une simple cession d’actifs.