DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

"Le dernier diamant" : thriller/polar à la française


cinema

"Le dernier diamant" : thriller/polar à la française

En partenariat avec

Simon, un cambrioleur en liberté surveillée, accepte de monter sur le plus gros coup de sa vie: Le vol du “Florentin”, un diamant mythique mis en vente aux enchères par ses propriétaires.

“Le dernier diamant” a été réalisé par Eric Barbier : “Regardez, ça c’est le bijou qu’Yvan va voler, ça coûte à peu près 50 millions – c’est magnifique – c’est elle qui le vend et c’est lui qui le vole.”

Pour réussir ce vol, Simon, donc Yvan Attal, devra approcher Julia, Bérénice Béjo, l’experte diamantaire, pour qui la vente constitue un enjeu personnel et familial considérable.

Pour son quatrième long-métrage, Eric Barbier s’est à nouveau attelé au thriller/polar. Il avait en effet sorti Le Serpent en 2006, également avec Yvan Attal dans le rôle principal.

Éric Barbier : “Dans le cinéma français, en fait il y a eu une période qui était très riche – entre les années 50 et 70 sur ce type de film. Il y a eu beaucoup de metteurs en scène qui se sont posés sur ce type de narration, sur ce type de scénario et je pense qu’un des plaisirs de travailler sur “Le dernier diamant” ça a été de renouer avec ce genre de cinéma qui est un genre qui était un petit peu abandonné en France.”

Avec “The artist” de Michel Hazanavicius et “Le passé” d’Asghar Farhadi Bérénice Béjo fait partie de ces actrices françaises très demandée.

Wolfgang Spindler, Euronews : “Vous avez gagné beaucoup des prix, vous avez eu beaucoup succès avec “The Artist”, est que vous êtes plus chère maintenant ?”

Bérénice Bejo : “Est-ce que je suis plus chère ? Un petit peu plus chère, pas beaucoup plus chère.”

Éric Barbier : “Vous savez pourquoi elle est très chère? En fait, c’est parce qu’elle est de plus en plus rare et donc quand on est rare on est chère, voila c’est la cherté, et donc c’est la cherté de l’absence, c’est vrai, que maintenant c’est une actrice qui va faire des choix.”

Bérénice Bejo : “En fait, c’est-à-dire que des projets intéressants, je vais être amenée, disons à les recevoir plus qu’avant.”

Au-delà d’un casse particulièrement osé, Simon entrainera Julia vers un destin qu’elle n’aurait pas pu imaginer.

Yvan Attal : “Les choses se sont passées de manière totalement tranquille et naturelle entre Bérénice et moi, j’ai l’impression que du premier jour au dernier jour, voilà, le rapport évidemment a changé en fonction d’une meilleure connaissance l’un de l’autre, des scènes qu’on avait jouées etc mais il y a eu une chose très facile, toujours souriante.”

Éric Barbier : “Les scènes sont assez légères entre nous, donc ça veut dire qu’il y a de la légèreté, donc il y a un plaisir de se rencontrer, même Yvan à des moments s’amuse avec Bérénice sur le texte, sur les silences, sur comment il va la manipuler.”

Yvan Attal : “On se demandait nous même si peut-être notre couple fonctionnerait ou pas et je trouve en voyant le film que ça fonctionne parfaitement.”

Bérénice Bejo : “Ça fonctionne aussi parce que le scénario est super, parce qu’il y a un metteur en scène sur le plateau qui dirige, qui a une vision, qui cadre qui réfléchit à comment il va raconter son histoire. Après ce qui est important c’est qu‘à l‘écran ça fonctionne super bien et on est crédible.”

Éric Barbier : “Ce qui détermine l’intérêt de ce type de film c’est le rebondissement, c’est à dire, c’est comment on va surprendre le spectateur en l’amenant dans une certaine piste et qui un moment donné va se révéler une chausse-trappe et on va lui faire découvrir qu’il y a une autre tiroir dans l’histoire.”

“Le dernier diamant” vient tout juste de sortir sur les écrans français.

Bonus : interview de l‘équipe du film ‘Le dernier diamant’

Prochain article

cinema

"Palo Alto", malaise adolescent vu par Gia Coppola