DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Ukraine : recueillement à Odessa au deuxième jour de l'offensive ukrainienne


Ukraine

Ukraine : recueillement à Odessa au deuxième jour de l'offensive ukrainienne

Au pied de l’imposante Maison des Syndicats d’Odessa, où des dizaines de pro-russes ont perdu la vie lors d’un incendie dans la nuit de vendredi, la foule est venue déposer des fleurs, des messages, des bougies…

Ce recueillement apparaît toutefois comme une parenthèse. Au deuxième jour de l’opération militaire lancée par Kiev pour reprendre des bastions pro-russes de l’est du pays, le chef du centre anti-terroriste ukrainien Vasil Kroutov ne mache pas ses mots : au delà du soulèvement passager, estime-t-il, l’Ukraine est en situation de “guerre”.

Ce samedi dès l’aube, à Kramatorsk, les soldats ukrainiens ont repris le contrôle du QG des services de sécurité et d’une tour de télévision. De violents combats ont eu lieu.

Et ils se prolongent dans l’arène politique : Russes et Ukrainiens s’accusant mutuellement des violences.

“Les provocations qui ont eu lieu le 2 mai à Odessa et qui ont causé des affrontements et de nombreuses victimes sont dus à des ingérences extérieures.” a déclaré la porte-parole des services de sécurité ukrainiens (SBU) Kateryna Kosareva, faisant allusion à la présence de paramilitaires étrangers venus de Transnistrie.

Le porte-parole de Vladimir Poutine, Dimitri Peskov, évoque quant à lui la “tragédie d’Odessa”, où “des personnes non armées ont été brulées vives par des nationalistes et des radicaux, avec l’aval des autorités . Les autorités de Kiev ne sont pas seulement responsables de ces crimes, elles sont aussi complices.”

Entre l’incendie et les affrontements opposant à Odessa pro-russes et nationalistes ukrainiens, au moins 42 personnes ont péri.
Le ministre ukrainien de l’Intérieur a indiqué ce samedi sur sa page Facebook que “la phase active” de l’opération militaire se poursuivait.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Slovénie : la chef du gouvernement démissionne