DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Eurogroupe : bravo au Portugal, hésitations sur la dette grecque

Vous lisez:

Eurogroupe : bravo au Portugal, hésitations sur la dette grecque

Taille du texte Aa Aa

La décision du Portugal de se passer d’un crédit de précaution à l‘échéance de son plan de sauvetage le 17 mai a été saluée par les ministres des finances de la zone euro ce lundi à Bruxelles. Le pays aura bénéficié d’une aide de 78 milliards d’euros sur trois ans de l’Union européenne et du FMI pour éviter la faillite.

Le Président de l’Eurogroupe, Jeroen Disselbloem, a tenu à rappeler à quel point “il est difficile de moderniser et de transformer nos économies et la façon de gouverner. Il s’agit toujours de décisions difficiles. C’est le cas au Portugal comme dans d’autres pays. Mais pour restaurer la confiance, il est crucial que le gouvernement portugais aille encore plus loin et tienne ses engagements.”

De son côté, la Grèce devrait renouer avec la croissance avant la fin de l’année. Mais sa dette s’affichait à plus de 310 milliards d’euros, soit 175% de son PIB l’an dernier. Pour la première fois, Athènes compte demander à ce qu’elle soit allégée. Une requête délicate. “En novembre 2012, nous avons dit que, si nécessaire, nous considérerions d’autres mesures. Reste à savoir si c’est nécessaire. Les nouveaux chiffres de viabilité nous le diront,” s’est contenté de commenter Jeroen Disselbloem.

Contrairement au FMI, favorable à la réduction du montant total de la dette grecque, l’Union européenne ne s’est pas encore prononcée clairement. Alors que les discussions commencent, les décisions ne seront prises qu’après l‘été une fois publié le prochain rapport de la troïka sur les progrès enregistrés par l‘économie grecque.