DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Le Portugal s'affranchit de la tutelle de ses créanciers sans filet de sécurité


économie

Le Portugal s'affranchit de la tutelle de ses créanciers sans filet de sécurité

Le Portugal se passera d’une ligne de crédit de précaution à l’issue du plan de sauvetage international qui expire le 17 mai, s’estimant capable de suivre l’exemple de l’Irlande et affronter les marchés sans filet de sécurité.

Le gouvernement Coelho a décidé d’emboiter le pas à l’Irlande, devenue en décembre le premier pays de la zone euro à s’affranchir de la tutelle de ses créanciers internationaux sans recourir à une aide supplémentaire.

“Nous avons des réserves financières pour un an qui nous protègent contre des turbulences externes, s’est félicité le Premier ministre portugais Pedro Passos Coelho.
Nous avons la confiance des investisseurs et les taux de notre dette sont à des niveaux historiquement bas. Nous allons continuer notre politique d’austérité parce que c’est la ferme volonté du gouvernement et de sa majorité”.

Profitant de la bienveillance des investisseurs, le Portugal a vu ses taux d’emprunt à 10 ans tomber jusqu‘à 3,6%. L’opposition portugaise et son principal parti, le parti socialiste, ont tout bonnement souligné devant les parlementaires portugais les conséquences de cette politique d’austérité pour les citoyens.

“Dans la même semaine, a fait remarquer Antonio José Seguro, le leader du parti socialiste; le gouvernement a annoncé qu’il ne voulait pas d’un nouveau programme d’assistance, le peuple portugais a appris que la TVA va augmenter, que les travailleurs vont payer plus d’impôts, que les baisses des retraites vont durer et qu’il y aura plus de suppressions d’emplois dans le secteur public”.

Grâce à des coupes sévères dans les dépenses publiques et une hausse très importante des impôts, Lisbonne est parvenu à ramener le déficit public à 4,9% du PIB l’an dernier, contre 9,8% en 2010, mais la dette publique a continué de s’alourdir à près de 130% du PIB.

Comme un certain nombre d’autres pays de la zone euro, le Portugal devra réduire son déficit budgétaire cette année et l’an prochain pour atteindre 2,5% de son Produit intérieur brut.

Pourtant, jusqu‘à la fin des remboursements du prêt de 78 milliards d’euros accordé par ses créanciers en mai 2011, le programme de réformes engagé par le gouvernement portugais sera évalué deux fois par ans par la troïka.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

économie

Zone euro : la reprise économique se confirme