DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Petro Poroshenko, le capital confiance du "roi du chocolat"

Vous lisez:

Petro Poroshenko, le capital confiance du "roi du chocolat"

Taille du texte Aa Aa

48 ans, une fortune estimée à un milliard d’euros et un surnom: “le roi du chocolat”. Mission : remporter les présidentielles ukrainiennes. Et Petro Poroshenko, figure discrète de la révolution ukrainienne depuis le début pourrait bien combler le manque de confiance des Ukrainiens envers la classe politique, et rafler les suffrages des pro-européens.

L’homme n’a guère l’expérience du pouvoir. Député depuis 1998, il a été deux fois ministre, brièvement, et dont une dans le camp adverse. Mais c’est un visage nouveau et son discours est clair et posé :

“Un nouveau pays est né. Un nouveau peuple est né. Dans un avenir très proche, nous demanderons à nos partenaires européens de nous accorder des perspectives d’adhésion à l’UE, car les Ukrainiens passent un examen très difficile et très important pour la démocratie et les valeurs européennes. Cet examen, c’est la révolution, et le prix qu’il a fallu payer pour le passer est très élevé.”

Si les Ukrainiens le connaissaient bien avant son engagement en politique, c’est à travers l’origine de sa fortune : ses chocolats. Diplômé d‘économie, Petro Poroshenko est à la tête d’un empire de confiserie. Le groupe Roshen est le plus grand producteur du pays, le 15 ème mondial. L’homme détient également entre autre, la chaine de télévision Canal 5 qui a assuré une large couverture des deux révolutions ukrainiennes, la dernière et celle de 2004.

La “révolution orange”, Petro Poroshenko y joua un rôle actif, en la finançant notamment. Il est un proche de Viktor Iouchtchenko, qui l’a nommé ministre des Affaires étrangères en 2009. Avant de reprendre un porte-feuille sous Ianoukovitch.

Des allers et venues douteuses mais qui ne nuisent en rien à sa popularité. A tel point qu’en mars dernier, le boxeur Vitali Klitchko, la figure médiatique de Maydan s’est désisté de la course à la présidentielle en sa faveur.

Petro Poroshenko n’occupait pas le devant de la scène durant ces 3 mois, il en sort aujourd’hui grandi, et peut être gagnant… Affaire à suivre.