DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Boko Haram : la guerre fanatique contre l'éducation


Nigéria

Boko Haram : la guerre fanatique contre l'éducation

Voilà ce qu’il reste de l‘école où les 223 jeunes filles ont été enlevées le 14 avril dernier. Les membres de Boko Haram ont tout brulé après leur passage. Boko Haram, en langue haoussa, traduction: “l‘éducation occidentale est un pêché”. Quant à celle des filles….

Ce jour là, quelques unes ont réussi à s’enfuir, comme Armina :

“On a pensé qu’ils étaient des soldats, ils nous ont demandé de monter dans le véhicule, mais mes amies et moi, on a pu sauter et courir à la maison, ils n’avaient pas du tout l’air innocent…”

Des hommes tout sauf innocents, pour la population en général, et les femmes et jeunes filles en particulier. Leur chef Abubakar Shekau est un islamiste radical dangereux : “Oui, j’ai pris ces filles, elles sont parties et ont été mariées. Nous sommes contre l‘éducation occidentale, stop aux écoles occidentales, les filles doivent en sortir et être mariées. Je le répète, j’ai pris ces filles, et je vais les vendre.”

Fondée en 2002 et particulièrement active depuis 2009, cette secte sème la terreur au Nigéria. Mélange de magie noire et d’obscurantisme, elle revendique une affiliation à la doctrine des talibans afghans. Comme eux, son obsession est l‘éducation. Celle des filles notamment.

Le fondateur du mouvement, Mohammed Yusuf, formé en Arabie saoudite, était connu pour ses prêches intolérants et son rejet de toute forme d’occidentalisation et de l’islam modéré. Arrêté en 2009, il est fusillé. Sa mort marque un tournant pour l’organisation.

La lutte s’intensifie, les massacres se multiplient, 43 attaques et meurtres en série entre juin 2013 et avril 2014. Et parmi les victimes de nombreux enfant. 42 lycéens massacrés en juillet 2013, 40 collégiens en décembre et la liste est longue, plus de 200 enfants au total tués pour avoir voulu aller à l‘école.

“Nous soutenons toutes les attaques contre des établissements scolaires occidentaux, nous avons juré de brûler ces écoles parce qu’elles ne sont le fruit ni de Dieu ni des prophètes. Elles ont été créées pour combattre l’Islam”, répète Abubakar Shekau.

L‘éducation des filles est sans doute l’arme la plus efficace contre l’extrémisme religieux. Ces partisans de la charia pure et dure le savent bien. Pour 12 dollars, prix de mise en vente, ils sacrifient ces fillettes et adolescentes sur l’autel de leur fanatisme.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Le propriétaire du ferry naufragé arrêté en Corée du Sud