DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Enlèvement des lycéennes au Nigeria : l'armée "avait été avertie"


Nigéria

Enlèvement des lycéennes au Nigeria : l'armée "avait été avertie"

L’indignation liée à l’enlèvement de plus de 200 adolescentes au Nigeria n’est pas près de s’essouffler après des révélations d’Amnesty International. Selon l’organisation, l’armée nigériane a été prévenue d’une attaque imminente contre le pensionnat où se trouvaient les jeunes filles vers 19h, soit quatre heures avant que le groupe armé Boko Haram ne lance son offensive le 14 avril.

“Nous avons eu des informations crédibles de la part de nombreuses sources au Nigeria, a précisé ce vendredi Susanna Flood, porte-parole d’Amnesty International. Les militaires ont été avertis que l‘école était menacée, mais rien n’a été fait pour sauver ces filles”.

L’armée a ensuite nié ces accusations ce vendredi soir. Ce “n’est qu’un ramassis de rumeurs”, a déclaré à l’AFP le porte-parole des armées, le général Chris Olukolade

Envoyée spéciale du Haut-commissaire de l’ONU pour les réfugiés, l’actrice américaine Angelina Jolie a dénoncé ce jeudi une culture d’impunité au Nigeria.
“Ces hommes pensent qu’ils peuvent abuser d’elles (…), les vendre, les violer, les considérer comme leur propriété parce que tellement de gens dans le passé ont agi ainsi sans être inquiétés, à cause de cette culture d’impunité, a déclaré l’actrice. L’une des choses pour lesquelles nous travaillons d’arrache-pied, c’est non seulement faire tout ce qui est possible pour ramener ces jeunes filles chez elles, mais faire en sorte que cela ne puisse pas se reproduire”.

Ce vendredi, des experts américains et britanniques sont arrivés au Nigeria pour aider à retrouver les adolescentes.

Avec AFP et Reuters

Avec AFP et Reuters

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Les derniers rebelles quittent Homs, un crève-coeur