DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Les violences continuent dans l'est de l'Ukraine

Vous lisez:

Les violences continuent dans l'est de l'Ukraine

Taille du texte Aa Aa

Pas de trêve dans l’est de l’Ukraine malgré les commémorations du 9 mai 1945, signant la fin de la Seconde guerre mondiale.

Le siège de la police de Marioupol a été le théâtre de violents affrontements, et a été incendié.

Des séparatistes ont attaqué le bâtiment, les policiers ont répliqué et appelé les forces spéciales en renfort. Une vingtaine de séparatistes et un policier ont été tués, selon un bilan provisoire livré par le ministère ukrainien de l’Intérieur.

“Il y a eu une fusillade puis un véhicule blindé est arrivé”, raconte un jeune homme, rencontré dans les rues de Marioupol par une équipe d’Euronews. “Ils ont commencé à tirer à l’arme lourde, des armes de gros calibres, il y avait aussi des calibres de l’Otan”, ajoute-t-il.

Quartes assaillants ont été arrêtés, les autres ont disparu dans les rues de la ville. Tous les accès à Marioupol – située à une centaine de kilomètres au sud de Donetsk – sont désormais bloqués par l’armée ukrainienne.

“Les antagonismes sont si forts qu’ils ne sont pas loin de tourner à la “guerre civile” (NDLR : un terme réfuté par Kiev qui estime que la déstabilisation du pays vient de l‘étranger) dans le sud-est de l’Ukraine”, conclut Sergio Cantone, chef du bureau d’euronews à Kiev, et envoyé spécial à Marioupol. “C’est une lutte intense qui va lourdement influencer les élections et pas seulement le référendum du 11 mai” (NDLR : jugé illégal par Kiev), estime notre correspondant.