DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Premier meeting pour le maréchal al-Sissi...ou presque


Egypte

Premier meeting pour le maréchal al-Sissi...ou presque

Premier meeting de campagne avant la présidentielle pour Abdel Fattah al-Sissi en Égypte, ou plutôt pour ses partisans, car le principal intéressé n‘était pas présent au Caire, peut-être pour des raisons de sécurité.

Le vice-Premier ministre égyptien est le grand favori du scrutin des 26 et 27 mai prochains. Il faut dire qu’il n’a qu’un seul rival : le leader de gauche Hamdeen Sabbahi.

Pour ses partisans, le maréchal al-Sissi est le seul capable de juguler la “menace” que représentent, selon eux, les Frères Musulmans.

“On a eu peur de connaître la même situation qu’en Syrie ou en Irak, c’est pour cela que nous soutenons le maréchal al-Sissi, et aussi parce que nous souffrons de la faim et de la pauvreté”, confie un homme au micro d’euronews.

“Il a soutenu la révolution du 30 juin, il a sauvé le pays après son effondrement et après avoir souffert du terrorisme, c’est le seul à pouvoir nous redonner espoir”, renchérit une femme, assistant au meeting électoral.

L’armée commandée par le maréchal al-Sissi a réprimé dans le sang les manifestations des Frères Musulmans depuis la destitution de Mohamed Morsi : 1400 personnes ont été tuées.

200 jihadistes vont, par ailleurs, être jugés prochainement pour “terrorisme”.

“De nombreux défis attendent le futur président égyptien, notamment gérer l’impact du renversement de deux régimes successifs, alors même que les forces politiques destituées font toujours partie de l‘échiquier politique”, conclut Mohammed Shaikhibrahim, le correspondant d’euronews au Caire.
“Le président devra également satisfaire les attentes de la population en matière de sécurité et de stabilité économique”, ajoute-t-il.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Viktor Orban reçoit un drapeau européen lors de son investiture