DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

"Référendums" sous tension dans l'est de l'Ukraine

Vous lisez:

"Référendums" sous tension dans l'est de l'Ukraine

Taille du texte Aa Aa

Les bureaux de vote des séparatistes pro-russes ont ouvert sous haute surveillance. Ici à Slaviansk, quelques dizaines d‘électeurs ont déjà répondu à la question sur l’indépendance de leur région.
La participation pourrait être faible, mais peu importe pour les nouvelles autorités des républiques populaires de Donetsk et Louhansk : les référendums seront reconnus.

“Nous voulons une république indépendante, on ne veut rien d’autre”, explique un électeur. “La différence avec aujourd’hui, et bien c’est qu’on aura notre propre langue, et puis on décidera de la manière dont résoudre nos problèmes. Nous ne voulons rien d’autre.”

Les services de sécurité ukrainiens disent avoir saisi dans un coffre de voiture plus de 100 000 bulletins avec la case “oui” déjà cochée.

Les tensions sont fortes. La nuit dernière et ce matin aussi, les combats ont repris entre forces ukrainiennes et rebelles pro-russes dans la périphérie de Slaviansk. Deux soldats ukrainiens auraient été blessés selon des médias locaux.

“Ils tirent mais ça ne nous effraie pas. Nous avons assez souffert et nous n’avons pas peur des tirs. Si on vote normalement, alors tout ça s’arrêtera et tout ira bien” selon un résident de Slaviansk.

A Louhansk, la commission électorale auto-proclamée invite les médias à venir observer le déroulement du scrutin, alors que le chef des forces d’opposition, Valery Bolotov, affirme que l’armée ukrainienne est en route pour assiéger la ville :
“Selon certaines sources, une quarantaine de blindés viennent dans notre direction en provenance de Starobilsk. Les autorités de Kiev disent que ces forces vont vers la frontière russe pour renforcer les troupes de gardes-frontières. Mais il est évident qu’elles viennent assiéger Louhansk.”

Les insurgés ou les forces d’opposition de Louhansk ont promis de protéger les bureaux de vote de toute attaque en renforçant les contrôles, alors que la population se montre divisée sur la tenue du référendum d’autodétermination.