DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Le rôle des robots tueurs débattu à l'ONU

Vous lisez:

Le rôle des robots tueurs débattu à l'ONU

Taille du texte Aa Aa

Non aux robots tueurs. C’est le cri d’alarme lancé par Human Rights Watch qui réclame une interdiction préventive internationale sur ces armes. Aux Nations Unies à Genève, se tient le premier débat sur le rôle futur de ces robots dans les conflits. Pour l’Ong, ces armes entièrement autonomes mettraient en péril les droits humains fondamentaux, qu’elles soient utilisées en temps de guerre ou pour l’application de la loi.

“Si la robotique était autorisée à se développer pleinement et si elle était autonome, les robots tueurs seraient capables d‘être programmés, libres et de prendre les décisions sur quand, où, qui et comment attaquer” explique l’Américaine Jody Williams, prix Nobel de la paix en 1997.

Pour l’heure, il n’existe aucune réglementation en la matière : “Il n’y a rien dans l’intelligence artificielle ou la robotique qui pourrait faire la différence entre un combattant et un civil, entre une petite fille montrant une glace à un robot ou quelqu’un pointant un fusil” souligne Noel Sharkey, Professeur d’Intelligence artificielle à l’Université de Sheffield.

Les Etats-Unis sont leaders sur le marché des robots militaires, un domaine en pleine expansion et pour cause : selon les défenseurs du développement de ces technologies, des robots armés permettraient de ne pas risquer la vie de soldats, ils décideraient de façon plus efficace quand engager le combat avec des cibles humaines.