DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Russie : le phénomène "Conchita Wurst" ravive l'homophobie


monde

Russie : le phénomène "Conchita Wurst" ravive l'homophobie

Si la victoire de Conchita Wurst au concours de l’Eurovision a été saluée comme un message de tolérance dans beaucoup de pays d’Europe, c’est loin d‘être le cas en Russie. Elle a au contraire réveillé l’homophobie latente. Une partie de la classe politique russe, le vice-Premier ministre Dmitri Rogozine en tête, a crié au scandale, estimant que le chanteur travesti autrichien donnait une image déplorable de la culture européenne. Devant le Parlement le 13 mai, des députés sont allés jusqu‘à proposer de créer un concours de l’Eurovision parallèle avec des critères définis par la Russie. L’Eglise orthodoxe n’a pas pu s’empêcher de donner le fond de sa pensée, déclarant : “C’est un pas de plus vers un refus de l’identité chrétienne”.

Sur internet, sur Facebook, sur Twitter, des Russes se déchaînent contre le phénomène “Conchita”, des pétitions circulent et les milieux ultra-nationalistes en profitent pour raviver la haine contre les homosexuels et les transsexuels. Ils ont lancé une campagne avec pour slogan #dokajichtotyneconchita (En français “Prouve que tu n’es pas Conchita”). Il s’agit pour les hommes (sous-entendu, les “vrais”) de publier leur photographie, leur visage couvert de mousse, prêts à se raser. La communauté homosexuelle russe se félicite au contraire du succès très encourageant de Conchita Wurst. Elle avait appelé à une marche d’hommes et de femmes “barbus” le 27 mai dans le centre de Moscou, mais le maire de la capitale a dit “niet”.

Prochain article

monde

Les candidats pour la présidence de la Commission s'affrontent lors du dernier débat électoral