DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

La calotte glaciaire en danger dans l'Ouest de l'Antarctique


science

La calotte glaciaire en danger dans l'Ouest de l'Antarctique

En partenariat avec

Selon une récente étude menée par la NASA, la fonte de la calotte glaciaire dans l’Ouest-Antarctique s’est accélérée et aurait atteint un seuil critique. Les données recueillies dans cette zone par les satellites font dire aux scientifiques que la fonte de six glaciers dans la région de la mer d’Amundsen est catastrophique et suffisante pour élever le niveau mondial des océans de 3 à 4 mètres.

“Nous avons atteint un point de non-retour dans ce secteur et, à ce stade, c’est juste une question de temps avant que ces glaciers ne disparaissent complètement dans la mer”, explique Eric Rignot, spécialiste de l’Université Irvine et du laboratoire de la NASA.

La NASA a transformé ces données en animation graphique illustrant la vitesse à laquelle l’eau coule de chacun des glaciers. Les zones colorées représentent les endroits où le débit des eaux de fonte augmente de façon significative chaque année.

“Nous voyons dans ce secteur un retrait des glaces comme nulle part ailleurs sur la terre. Elles reculent d’environ un kilomètre par an. Cela peut ne pas sembler beaucoup quand on ne connaît pas les glaciers, mais la plupart d’entre eux n’opèrent pas cette échelle de changement”, ajoute Eric Rignot.

Autre préoccupation, et elle est de taille, le recul du glacier Smith/Kohler. Entre 34 et 37 kilomètres entre 1996 et 2011. Une vitesse de 2 km par an. C’est le retrait le plus rapide enregistré. Selon l‘étude, cette partie de l’Antarctique pourrait contribuer de façon majeure à l’augmentation du niveau des mers dans les décennies et les siècles à venir.

Pour Eric Rignot, si la réduction des émissions de gaz à effet de serre, principal responsable du changement climatique, peut ralentir le réchauffement des océans et limiter la fonte des glaces, le recul des glaciers dans cette partie de l’Antarctique reste cependant inéluctable.

Prochain article

science

Des méthodes alternatives pour surveiller les animaux