DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Quand la créativité atteignait des sommets à Laurel Canyon


le mag

Quand la créativité atteignait des sommets à Laurel Canyon

En partenariat avec

Le Grammy Museum à Los Angeles présente l’exposition “California Dreamin’: The Sounds of Laurel Canyon”, l’occasion de revenir sur le parcours des musiciens qui vivaient dans ce quartier de Los Angeles à la fin des années 60 et au début des années 70.

Pour le directeur de l’exposition, Laurel Canyon était avant tout un état d’esprit, mais aussi une véritable scène pour les artistes.

“Ces artistes ont d’ailleurs collaboré et c’est ce qui rend cette expo intéressante, puisque beaucoup d’entre eux habitent encore dans la région de Los Angeles. Vous pouvez voir les guitares de Frank Zappa, la chaise berçante de Mama Cass Elliot, vous pouvez découvrir les textes de Jim Morrison, la harpe de John Sebastian. Donc beaucoup d’objets et de pièces multimédias. Nous avons des photos incroyables d’Henry Diltz, l’un des meilleurs photographes de Los Angeles”, explique Bob Santelli.

Les clichés d’Henry Diltz, qui fut aussi l’un des photographes officiels du Festival de Woodstock, livrent un aperçu du Los Angeles des années 60 et de la scène musicale des années 70.

Henry Diltz a photographié près d’une centaine de disques et pochette d’albums et figé les images de musiciens et groupes célèbres tels que Crosby Stills & Nash et Joni Mitchell.

À l‘époque, les rues pavées du quartier de Laurel Canyon contrastaient avec le Sunset Strip Boulevard d’Hollywood, pourtant, les compositeurs, groupes et artistes y vivaient nombreux. Pour beaucoup, leur nom est désormais gravé dans l’histoire du rock.

“C‘était une existence rurale, mais dans un contexte quand même urbain. C’est ce qui a conduit à la créativité et à la liberté. Il y avait de l’espace, on trouvait encore des places de stationnement, cela a mené à un système organique dans lequel les musiciens ont trouvé beaucoup de libertés pour créer, vivre et se renouveler”, explique le journaliste Harvey Kubernik, auteur de “Canyon de rêves : la magie et la musique de Laurel Canyon”.

L’exposition “California Dreamin” dure jusqu’au 30 novembre au Grammy Museum à Los Angeles.

Prochain article

le mag

Iglesias, crooner romantique hors catégorie