DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Européennes : la droite en tête, poussée des eurosceptiques (sondages)

Vous lisez:

Européennes : la droite en tête, poussée des eurosceptiques (sondages)

Taille du texte Aa Aa

380 millions de citoyens sont appelés à élire 751 députés européens de jeudi à dimanche. Mais après cinq ans de crise, la défiance et le désintérêt à l‘égard de l’Europe pèsent sur ce scrutin. Que ce soient les sévères programmes d’austérité ou la stagnation des économies les plus riches, l’Union européenne est au banc des accusés.

Résultat : selon les derniers sondages, les grands groupes devraient être sanctionnés. La droite devrait néanmoins rester le premier groupe du prochain Parlement. Le PPE est crédité de 217 sièges contre 201 aux socialistes. Les Libéraux devraient perdre plus de 20 sièges et les Verts autour d’une douzaine .

L’analyste politique Karel Lannoo du Centre d‘études politiques européennes prévoit de nombreuses négociations à venir avec un fort risque de blocage de l’hémicycle : “Pour légiférer, il faudra recourir à de grandes coalitions avec des groupes très différents beaucoup plus que dans le passé. Au moins deux ou trois petits partis devront rejoindre le PPE pour être en mesure de voter un texte sur lequel le PSE est contre. Si le Parlement, qui souffre aujourd’hui d’un déficit démocratique, devient encore plus inefficace, quel sera le résultat de tout cela ?”

Grands gagnants de ce scrutin : les formations les plus radicales que ce soit à gauche ou à droite. Les eurosceptiques devraient ainsi confirmer leur percée avec un total de près d’une centaine de sièges, soit trois fois plus que dans le Parlement sortant. Karel Lanoo y voit une source de polarisation : “S’ils veulent faire quelque chose, ils auront besoin de former un groupe . S’ils restent fragmentés, alors bien sûr cela n’affectera pas beaucoup les grands partis. Mais j’imagine qu’ils feront tout ce qu’ils peuvent pour bloquer autant que possible.”

Mais il y aura un autre chiffre important à prendre : le taux de participation.
Une des leçons sur l’engagement des citoyens envers l’UE sera donnée par l’abstention, qui est en hausse depuis 1979. Cette année-là, 61% des électeurs étaient allés voter, mais lors des dernières élections en 2009, ils n‘étaient plus que 43 %.