DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

"Le Challat de Tunis" un docu en mode humour noir


cinema

"Le Challat de Tunis" un docu en mode humour noir

En partenariat avec

Le Challat de Tunis de Kaouther Ben Hania fait partie des perles qui se retrouvent en sélection officielle à Cannes. Ce premier film de la jeune réalisatrice a fait l ouverture de la programmation de l’ACID, dédié au cinéma indépendant.

Kaouther Ben Hania : “Le Challat de Tunis, ce n’est ni un documentaire ni une fiction, c’est un mockumentary. C’est une fiction basée sur un fait réel, mais tourné avec un style entièrement documentaire.”

On suit dans ce film une équipe de tournage qui part a la recherche du “Challat”, un homme qui avait défrayé la chronique en 2003 pour avoir lacéré les fesses de femmes dans Tunis, en les frôlant à moto. Des femmes inconvenablement habillées à son goût. Entre réalité et légende urbaine.

Kaouther Ben Hania : “Il faut signaler aussi que cela n’a pas eu lieu uniquement en 2003, ça a eu lieu en Tunisie vers la fin des années 80, en Egypte en 2009, au Maroc, donc c’est comme un fait divers, une légende urbaine qui revient toujours sur le tapis dans ces régions là.”

Le film dénonce la condition des femmes, proies ou victimes du machisme ambiant. Mais le film n’est pas misérabiliste, mais fonctionne au contraire sur le mode de l’humour noir.

Kaouther Ben Hania : “Pour moi, l’humour, c‘était très tunisien, dans les moments durs on arrive quand même à rire de nous mêmes et je trouve que c’est une qualité qui est porteuse d’espoir, donc je voulais produire cela dans mon film.”

Le film est déjà sorti en Tunisie et connaît un grand succès.

Le Challat de Tunis fait partie des 8 films de la programmation de l’ACID. Sa spécificité : les films ont été choisis par des réalisateurs venus d’horizons très différents. Le coprésident de l’ACID, Frédéric Ramade, est également auteur et cinéaste : “La spécificité aussi de cette programmation, c’est que la plupart des films que l’on sélectionne, que l’on programme n’ont pas de distributeur au moment où on les reçoit, alors donc le fait d‘être représenté ici à Cannes leur donne une vitrine assez incroyable et permet à la plupart d’entre eux, voire la totalité depuis plusieurs années, de trouver un distributeur.”

C’est le cas pour “Le Challat de Tunis” qui sortira en France l’an prochain.

Le choix de la rédaction

Prochain article

cinema

Le chaos de la Syrie à Cannes