DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Marine Le Pen : "stop à la machine folle de l'UE"


France

Marine Le Pen : "stop à la machine folle de l'UE"

“Non à Bruxelles, oui à la France”, c‘était son slogan de campagne : un message clair qui a permis à Marine Le Pen de mobiliser l‘électorat du Front National.

Son objectif déclaré, au Parlement européen, c’est constituer une minorité de blocage pour arrêter ce qu’elle appelle la “machine folle” de l’Union européenne. Pour ça, elle a tissé une alliance, entre autre, avec les eurosceptiques néerlandais et autrichiens.

Marine Le Pen : “L’objectif des eurosceptiques, c’est d’arrêter l’avancée de la machine folle qu’est devenue l’Union européenne. C’est-à-dire le blocage de tout nouveau transfert de souveraineté, le refus de toute nouvelle contrainte imposée par l’Union européenne, le refus de tout nouvel élargissement”.

C’est à cette avocate de 45 ans qu’on doit le succès du Front National aux élections municipales de mars dernier en France : une étape essentielle vers son objectif de convoquer un référendum sur l’appartenance de la France à l’Union européenne.

Au début de 2011, elle prend la relève de son père à la tête du parti : un parti dont elle arrive à élargir la base électorale, évitant les commentaires racistes et antisémites, sans jamais désavouer Jean-Marie Le Pen.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Belgique : fusillade du musée juif, une quatrième victime succombe à ses blessures