DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Sans Europe, pas d'avenir pour les chercheurs en Italie

Vous lisez:

Sans Europe, pas d'avenir pour les chercheurs en Italie

Taille du texte Aa Aa

Alors que l’euroscepticisme semble gagner du terrain, coup de projecteur en Italie sur des citoyens qui attendent, au contraire, beaucoup de l’Europe.

C’est le cas des chercheurs, de l’Université « la Sapienza » de Rome. Faute de moyens, ils sont souvent obligés de s’expatrier pour poursuivre leurs recherches.

« Il y a peu de postes en Italie et très peu de chances de faire carrière », explique Maura Casciola, qui a fait ses études en France et aux Etats-Unis. « J’aimerais que l’Europe soit plus unie et que tous les pays européens bénéficient des mêmes avantages », ajoute-t-elle.

L’un des chercheurs de l’université a obtenu une bourse européenne d’un million et demi d’euros pour ses travaux sur l’information quantique.

Les fonds européens permettent donc à ces scientifiques de rester travailler dans leur pays.

« Les fonds structurels alloués à l’Italie par les programmes européens sur la période 2014-2020 vont atteindre plus de 31 milliards d’euros. L’Union européenne demande à Rome de les utiliser principalement dans la recherche et l’innovation, deux secteurs qui pourraient représenter une vraie opportunité pour l’Italie », conclut Simona Volta, l’envoyée spéciale d’euronews à Rome.