DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Belgique : le risque d'une nouvelle impasse politique


Belgique

Belgique : le risque d'une nouvelle impasse politique

Le Premier ministre belge Elio Di Rupo jette l‘éponge. Le chef de file des socialistes francophones s’est rendu au palais royal ce lundi matin à Bruxelles pour présenter au roi Philippe la démission de son gouvernement.

Une démission qui fait suite à la victoire des nationalistes flamands, arrivés en tête aux élections législatives organisées ce dimanche.

Le paradoxe, c’est que le PS francophone d’Elio Di Rupo a fait de bons scores et reste même le parti n°1 en Wallonie et à Bruxelles. Mais il fait les frais de la poussée de la N-VA, la Nouvelle alliance flamande, qui est arrivé en tête du scrutin en Flandre. Problème : le parti de Bart De Wever est loin d’avoir la majorité avec seulement 33 sièges sur 150.

Le roi a donc lancé des consultations avec les dirigeants de la douzaine de partis représentés au Parlement. La Belgique se retrouve ainsi confrontée au risque d’une énième crise politique. On se souvient qu’au lendemain des législatives de 2010, il avait fallu attendre un an et demi avant que le royaume ne retrouve un gouvernement.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Elections européennes : la montée des extrêmes sonne l'Europe