DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Grèce : la victoire de Syriza marque un tournant

Vous lisez:

Grèce : la victoire de Syriza marque un tournant

Taille du texte Aa Aa

L‘élection du Parlement européen marque un tournant dans la politique grecque avec la victoire pour la première fois du parti radical de gauche Syriza, et la montée en puissance de l’extrême-droite d’Aube dorée, qui enverra trois néo-nazis à Bruxelles .

“C’est bien que les gens aient compris que quelque chose n’allait pas, dit cette jeune femme, et qu’ils aient voté différemment. Mais ça a été encore insuffisant pour la gauche et trop pour l’extrême-droite .

Quant à cet homme, il considère que “les électeurs ont voulu envoyer un message de protestation au gouvernement, mais ils veulent aussi la stabilité politique. C’est pourquoi ils ont voté ainsi.”

Après avoir remporté le scrutin avec près de quatre points d’avance sur le parti conservateur Nouvelle Démocratie, le dirigeant de Syriza, Alexis Tsipras a appelé à des élections générales le plus tôt possible.

Dimitris Papadimoulis, candidat de Syriza, a été élu hier : “Syriza peut gagner les élections nationales à tout moment et former un gouvernement élargi et démocratique. Même avec un mandat populaire clair, nous chercherons des alliances politiques”.

Mais même si son parti est arrivé deuxième, le Premier ministre Antonis Samaras n’entend pas convoquer d‘élections anticipées, les prochaines sont prévues dans deux ans. Hier, ses alliés socialistes du Pasok, recalés en quatrième position, avec 8 % des voix, ont tout de même fait mieux que ne le prédisaient les sondages, et les voix cumulées des deux partis légitiment son gouvernement de coalition.

Malgré la victoire de Syriza au scrutin européen, le Premier ministre conservateur ne voit donc aucune raison de déclencher des élections, et il s’engage à faire avancer les réformes jusqu‘à ce que le pays surmonte la crise économique, précise Stamatis Giannisis, notre correspondant à Athènes.