DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Porochenko, "un soulagement" pour les Russes

Vous lisez:

Porochenko, "un soulagement" pour les Russes

Taille du texte Aa Aa

L‘élection présidentielle en Ukraine a suscité beaucoup d’intérêt en Russie. Maintenant que le nom du nouveau président est connu, que va-t-il se passer ? Comment vont évoluer les relations entre les deux pays ? Peut-on envisager une résolution de la crise ? Euronews en parle avec Evgeny Popov qui est journaliste pour la chaîne de télévision russe RTV.

“Bonjour Evgeny. Vous connaissez très bien la situation en Ukraine. Comment les Russes analysent-ils le résultat de l‘élection présidentielle chez leur voisin ? Et selon vous, quelle va être l’attitude du Kremlin face au nouveau pouvoir en place à Kiev ?”

-“Je pense que beaucoup de Russes ont poussé un soupir de soulagement en voyant le résultat de l‘élection. Parce qu’ils considèrent que c’est une bonne nouvelle qui intervient sur le plan politique. C’est une élection légitime qui intervient après des mois et des mois de chaos.”
“Pour ce qui est des relations entre Kiev et Moscou, je pense que les deux pays vont camper sur leurs positions parce que le Kremlin ne va rien lâcher sur les conditions préalables qu’il exige pour dialoguer.”

-“Moins d’un pour cent des Ukrainiens a voté pour Dmytro Yarosh, le candidat d’extrême-droite. Pourtant Moscou a souvent accusé le pouvoir à Kiev d‘être soutenu par des fascistes. Le Kremlin va-t-il changer de vocabulaire ?”

“C’est vrai, seulement 0,68% des électeurs a voté pour le candidat de “Secteur Droit”, le parti d’extrême-droite radicale. Mais les plus radicaux ne sont pas souvent ceux que l’on croit. Ioulia Timochenko a déclaré en privé qu’il fallait larguer une bombe atomique sur Moscou ! Vous avez aussi Oleg Lyashko, le candidat du Parti Radical, un fasciste, qui selon moi est un déséquilibré mental qui appelle à des opérations punitives dans l’est de l’Ukraine. Donc si on additionne les résultats des nationalistes, des extrémistes et des fascistes, on arrive tout de même à plus de 30%.”

-“Dès qu’il a été élu, Petro Porochenko a dit qu’il voulait résoudre le conflit qui oppose l’Ukraine à la Russie mais qu’il n’admettrait jamais que la Crimée ne devienne une partie de la Russie. Comment Moscou a accueilli cette déclaration ?”

“Comme vous le savez, le Kremlin n’a pas encore officiellement réagi. Mais dans son discours au Forum de Saint-Pétersbourg, Vladimir Poutine a déclaré que la Russie engagerait des discussions et des négociations avec le nouveau gouvernement ukrainien. Maintenant il est nécessaire de comprendre les positions de Petro Porochenko : il souhaite la fin des combats dans le sud-est de l’Ukraine. Mais il est dans une situation difficile. Il doit satisfaire à la fois Washington et les Ukrainiens de l’ouest. Pour cela, il va devoir initier le dialogue avec les sécessionnistes. Et prouver sa crédibilité.”