DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Tendances en Allemagne, en Italie et en Espagne

Vous lisez:

Tendances en Allemagne, en Italie et en Espagne

Taille du texte Aa Aa

Angela Merkel garde le sourire en Allemagne.

La CDU-CSU reste tête d’affiche avec plus de 35% des suffrages devant les sociaux-démocrates du SPD et les Verts.

Le jeune parti Alternative für Deutschland (créé en 2013), anti-euro, fait son entrée au parlement européen avec un score autour de 7%.

Les démocrates largement en tête en Italie

Large victoire en Italie pour la formation du Premier ministre Matteo Renzi. Alors que les sondages donnaient le Parti Démocrate vainqueur avec un quart des voix, il obtiendrait au final plus de 40% des suffrages.

Beppe Grillo et les euro-sceptiques du Mouvement Cinq Etoiles auraient convaincu un électeur sur 5, une première, reléguant Forza Italia de Silvio Berlusconi en troisième position.

Les grands partis perdent du terrain en Espagne

Moins huit sièges pour le Parti Populaire de Mariano Rajoy en Espagne.

Le parti conservateur au pouvoir remporte les européennes mais cède du terrain aux petites formations, tout comme le Parti Socialiste Ouvrier Espagnol d’Alfredo Perez Rubalcaba : 15 points de moins par rapport à 2009 pour la principale force d’opposition.

Podemos, issu du mouvement des Indignés, obtient cinq sièges.

Le succès des socialistes au Portugal

L’austérité est dénoncée au Portugal : interprétation possible du succès de l’opposition socialiste qui devance de quatre points la coalition de centre droit au pouvoir.

Pour compléter ce tour d’horizon, deux informations supplémentaires :

Trois députés d’extrême droite hongrois représenteront le Jobbik à Strasbourg.

Le Congrès de la nouvelle droite, un parti europhobe polonais, fait également son entrée au parlement européen.

Elections au Parlement européen