DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Football For Friendship : transmettre des valeurs aux enfants

Vous lisez:

Football For Friendship : transmettre des valeurs aux enfants

Taille du texte Aa Aa

Tous les enfants ont un rêve. Pour bon nombre d’entre eux, c’est taper dans un ballon et soulever un trophée.

Plus de 400 enfants âgés de 12 à 14 ans et venus de toute l’Europe ont participé à la deuxième édition de “Football For Friendship”, une compétition organisée par Gazprom à Lisbonne en marge de la finale de la Ligue des champions.

Seize équipes de jeunes européens étaient sur le terrain pour se disputer la victoire lors de ce tournoi, mais aussi et surtout pour apprendre à se connaître, à se respecter et se lier d’amitié.

Parce que “le sport a le pouvoir de changer le monde” comme le dit Franz Beckenbauer. Le Kaiser, l’ambassadeur de ce projet, l’explique au micro d’euronews.

Franz Beckenbauer : “Nelson Mandela est celui qui a prononcé cette phrase, et je pense qu’il avait raison. Et vous en avez ici le meilleur exemple. Il y a 16 équipes de 16 pays différents. Ces jeunes ne se connaissent pas, ils parlent différentes langues, ont des couleurs de peau et des religions différentes. Mais il suffit de leur donner quelque chose, en l’occurrence un ballon, et ils commencent à jouer. Ils se respectent, et ça, c’est très important.”

La tradition, le fair-play, l’amitié, la santé, l‘équité, la victoire : ce sont des valeurs fondamentales que les organisateurs et les ambassadeurs de ce Forum veulent enseigner aux jeunes générations, comme en convient Vitor Baia, l’ancien gardien de l‘équipe du Portugal.

Vítor Baía : “L’amitié, l‘égalité, la santé, on met l’accent là-dessus mais aussi sur l’aspect pédagogique. C’est vraiment important de transmettre à ces enfants l’idée de faire des études parce que s’ils veulent devenir quelqu’un dans la vie, ils ne doivent pas oublier d‘étudier.”

A l’heure actuelle, il y a beaucoup de travail à faire pour améliorer les comportements sur les terrains de football. Mais ce qui se passe à Lisbonne est déjà un bon début, selon ce dirigeant de Gazprom, Vyacheslav Krupenkov.

Vyacheslav Krupenkov : “Je ne suis pas sûr que ce Forum servira à changer le football, mais ça peut au moins modifier certaines des attitudes qu’on peut voir sur les terrains de football où il y a encore trop de racisme et d’actes de violence. Nous espérons que nos enfants vont réaliser que le football est un jeu positif.”

L‘évènement organisé à Lisbonne peut aider à mettre ces jeunes sur le droit chemin. Il doit aussi leur permettre de prendre du plaisir comme nous l’assure l’ancien capitaine de l’Ukraine, Anatoliy Tymoshchuk.

Anatoliy Tymoshchuk : “Pour moi, c’est un évènement très important. Je suis venu ici avec grand plaisir, parce que c’est super de voir de jeunes joueurs avoir l’opportunité de disputer un tel tournoi. Je pense que c’est une bonne idée, et malheureusement, quand j‘étais jeune, je n’ai pas eu ce genre d’occasions…”

16 pays, 16 langues, mais un seul rêve pour tous ces enfants : devenir un jour un footballeur professionnel. Et quand on leur demande à quel joueur ils veulent ressembler, la réponse qui revient le plus souvent est Cristiano Ronaldo.

Ce sont les Portugais de Benfica qui ont remporté ce tournoi. Et avec tous les autres participants, ils ont ensuite assisté au triomphe du Real Madrid au stade de la Luz. Et qui sait, peut-être que l’un d’entre eux prendra un jour la place de Casillas et compagnie…