DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Parlement européen : Juncker adoubé pour trouver une majorité


monde

Parlement européen : Juncker adoubé pour trouver une majorité

Le Parlement européen a choisi son poulain. Sans surprise, c’est Jean-Claude Juncker, le candidat du Parti populaire européen, qui tentera de trouver une majorité pour devenir le prochain président de la Commission. Les chefs de groupes l’ont adoubé ce mardi.

“ Les résultats des élections européennes indiquent que parmi les candidats avancés par les familles politiques, c’est celui du PPE, Monsieur Juncker, dont le groupe est arrivé premier, qui a les meilleures chances de trouver une majorité ici, au parlement, “ a commenté son rival socialiste Martin Schulz.

Mais pour le leader du UKIP, Nigel Farage, “ personne n’est plus fanatique dans la construction des Etats-Unis d’Europe ! Sa candidature est avancée, alors même que les électeurs européens ont réclamé clairement un changement de cap ! “

Au Parlement européen, c’est donc bien une grande coalition droite-gauche qui se dessine, une coalition qui isolerait les anti-européens. Et le libéral Guy Verhofstadt compte bien en être, ce qui devrait lui permettre de décrocher un poste en vue au Parlement. Il a offert les services de son groupe. “ Moi je parle d’une majorité stable, et stable, ça veut dire au-delà de 400 (sièges) sans que ça dépende de partis politiques comme celui de Monsieur Orban ou Berlusconi, “ a-t-il expliqué.

Au-delà de la question du prochain président de la Commission, il y a celle des autres postes de haut niveau à répartir au Parlement. Et cela dépendra du poids de chaque groupe politique. Or entre la formation des nouveaux groupes et les changements de camps, il faudra plusieurs semaines avant de voir le Parlement européen prendre sa forme définitive.

Elections au Parlement européen

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Moscou : pas de dialogue avec Kiev tant que les armes parlent dans l'Est