DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Entre menaces et incitations au vote, l'Egypte aux urnes pour le troisième jour


Egypte

Entre menaces et incitations au vote, l'Egypte aux urnes pour le troisième jour

Mises à disposition d’autocars pour aller chercher les électeurs, menaces d’amende de 500 livres égyptiennes pour les abstentionnistes, et pour finir ouverture des bureaux de vote prolongée de 24h officiellement “à cause de la vague de chaleur”…
Tout a été mis en oeuvre par les autorités égyptiennes pour offrir le maximum de légitimité à une élection présidentielle qui, dit-on, est jouée d’avance.

37 % des électeurs s‘étaient déplacés les deux premiers jours de vote.

Une électrice, Aziza Anwar, est heureuse que le vote ait été prolongé car son mari lui avait interdit d’aller voter les deux premiers jours. Elle dit avoir été la première à se rendre dans son bureau de vote au Caire ce matin.

Le véritable adversaire de l’ancien chef de l’armée Abdel Fattah al-Sissi serait donc l’abstention.
Al-Sissi recherche le plébiscite, un vote massif, face à un unique et pâle rival, une vieille figure de la gauche Hamdeen Sabbahi, qui s’interrogeait sur “l’intégrité de l‘élection” après la prolongation de 24h annoncée par la commission électorale.

En 2012, 52 % des électeurs s‘étaient déplacés en deux jours pour élire Mohamed Morsi.
Le nouvel homme fort de l’Egypte, al-Sissi, qui l’a fait destituer et emprisonner, qui a mené une répression sanglante dans le pays contre les Frères musulmans et leurs partisans, acceptera difficilement de faire moins bien.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

21 morts dans un hospice sud-coréen, des patients alités pour la plupart