DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

France : des jeunes défilent contre le FN, mais fédèrent peu


France

France : des jeunes défilent contre le FN, mais fédèrent peu

“Le Pen, tu nous casses les urnes”, “Péril FN en la demeure”… Des milliers d‘étudiants et de lycéens ont battu le pavé en France ce jeudi, entonnant des slogans plus ou moins traditionnnels des manifestations anti-FN.
C’est à Paris qu’ils étaient le plus nombreux, entre 4 000 et 8 000, pour protester contre le score aux européennes du parti emmené par Marine Le Pen.

Place de la Bastille, deux d’entre eux, un libraire et une travailleuse sociale, motivent leur choix de se mobiliser ce jeudi :

“C’est important en fait de faire passer le message et de dire qu’on peut voter contestataire, mais voter contestataire intelligent. Il ne faut pas oublier que derrière le discours anti-européen, il y a aussi un discours xénophobe, de peur et de rejet de l’autre qui me semble complètement improbable dans la société dans laquelle on vit aujourd’hui en France.”

“Ce qui m’inquiète, c’est la banalisation de cette pensée dans le discours politique et dans le discours médiatique. Etre ici aujourd’hui, c’est montrer qu’il y a un contre-pouvoir et qu’il y a des gens qui ne sont pas d’accord avec ces opinions-là.”

Les manifestants étaient entre 800 et 2000 à Strasbourg, et environ un millier à Lyon et à Toulouse.
Des chiffres sans commune mesure avec ceux de la mobilisation post “21 avril 2002” – date qui avait vu Jean-Marie Le Pen passer au deuxième tour de la présidentielle. Les manifestations contre le FN avaient alors drainé plus d’un million de personnes dans les rues en une journée.

Les jeunes ont contribué à gonfler l’abstentionniste lors des européennes 2014. 73% des moins de 35 ans n’ont pas voté, tandis que le vote FN est assez élevé dans la catégorie des jeunes votants selon Ipsos-Steria.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Europe : le match europhobe