DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

L'art de la restauration de textiles anciens

Vous lisez:

L'art de la restauration de textiles anciens

Taille du texte Aa Aa

A Florence l’Office de la Pierre dure s’impose comme un institut de recherche scientifique et de restauration d‘œuvres d’art réputé. Après près de trois ans de recherches et de travaux son département textile présente une exposition de tissus qu’il a restaurés.

Elisa Bracaloni, restauratrice : “Les textiles étant des objets utilisés tous les jours sont ainsi sujet à un processus beaucoup plus complexe au cours des années et tout particulièrement durant la vie de la personne qui porte ces oeuvres d’art. Notamment parce qu’on les porte, qu’on les utilise. Une robe va donc montrer une dégradation qu’une autre œuvre d’art ne connaîtra jamais. La façon dont la personne les porte aura aussi un impact.”

Les vêtements qui retracent 1000 ans de l’art du tissu ont chacun représenté des défis différents pour les restaurateurs. Ils ont dû utiliser des techniques spécifiques pour chacun d’eux et parfois des rayons X pour mieux déterminer les endroits les plus fragiles.

Licia Triolo, restauratrice : “L’idée de cette exposition c’est de donner la possibilité à ceux que cela intéresse d’avoir au moins une petite idée sur l’ampleur et l’hétérogénéité de la collection des tissus et sur ce que l’on peut trouver dans les laboratoires de restauration des textiles.”

Parmi ces pièces on peut ainsi voir un voile de Sienne du XIIIe siècle ainsi que des chaussures portées par un évêque du XIVe. Autre élément clé de l’exposition qui se déroule jusqu’en septembre, des sandales égyptiennes vieilles de 3500 ans et la partie d’une armure d’un samouraï ayant combattu au XVIIe siècle.