DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Présidentielle égyptienne : "un manque d'équité"

Vous lisez:

Présidentielle égyptienne : "un manque d'équité"

Taille du texte Aa Aa

Plus de 96% des suffrages, c’est le score encore provisoire du maréchal al Sissi, nouveau président d’Egypte. Une victoire écrasante célébrée par les partisans de l’homme qui a renversé son prédécesseur, l’islamiste Mohammed Morsi, démocratiquement élu.

Pour de nombreux observateurs, cette élection visait à entériner le pouvoir exercé depuis 11 mois par l’armée et al Sissi.

Cet observateur de la Mission européenne, lui, “n’a pas vu de réelle influence de l’armée dans le processus de vote. L’ influence c‘était avant, dit Robert Goebbels, lors des évènements qui ont mené à la destitution du président Morsi.”

Mais les observateurs de l’UE évoquent aussi un manque d’“équité” soulignant que le maréchal Sissi avait bénéficié du double de temps de parole par rapport à son unique adversaire dans les médias. Un euphémisme, tant le militaire est soutenu par toute la presse. Mais malgré le matraquage, les incitations, les menaces faites aux abstentionnistes potentiels, seul un électeur sur deux s’est déplacé.