DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Electro : 12ème édition des Nuits sonores


le mag

Electro : 12ème édition des Nuits sonores

En partenariat avec

Pour l’ouverture de cette édition des nuits sonores à Lyon étaient invités des musiciens de Glasgow. Douglas Hart, le bassiste légendaire et fondateur du groupe “The Jesus and the Mary Chain” était devenu DJ pour l’occasion.

Une ambiance encore un peu calme, la danse c‘était pour plus tard. Même le maire Gérard Collomb l’a reconnu : “Le maire va danser ce soir, vous voyez que toute la jeunesse donne rendez-vous et puis c’est chaque fois l’occasion pour nous d’explorer un lieu nouveau.”

A 49 ans Douglas Hart a sa propre société de production vidéo. Il a dirigé le tournage de plus de 80 clips.

Douglas Hart : “J’avais 12 ans quand j’ai découvert le punk rock et ça a changé ma vie. Mais je fais aussi des films et j’ai un film qui est projeté ici. C’est sympa de venir à Lyon comme DJ. J’ai vraiment beaucoup aimé, il y c’est une très bonne ambiance c’est unique.”

Autre DJ écossais Martyn Flyn il est aussi le cofondateur du label “LuckyMe”.

Martyn Flyn : “J’ai grandi en faisant le DJ dans des groupes en passant du hip hop et aussi en me produisant dans des raves bizarres en pleine campagne. Je viens du milieu de nulle part en Ecosse. Et donc si vous voulez que les gens achètent dans un disque physique aujourd’hui vous devez faire en sorte que la pochette soit très belle avec une photo des illustrations mais vous allez trouver de nombreux musiciens impliqués dans les arts visuels.”

Passée l’ouverture il était temps de découvrir le programme des nuits sonores avec notamment cette coperformance germano suédoise.

Axel Boman : “Bonsoir je m’appelle Axel Boman et j’aime toute sorte de musique stupide.”

Roman Flügel : “Je m’appelle Roman Flügel et je joue de la musique électronique, de la techno et de la house.”

Axel Boman s’est fait connaître sur la petite scène des clubs de Stockolm avant d’envahir la scène européenne.

Roman Flügel est lui un des grands noms de la scène musicale allemande.

Roman Flügel : “La scène des clubs existe depuis longtemps. Il y a eu la techno, la house, ça a déjà commencé dans les années 80 et c‘était très en avance alors. La scène est toujours très active aujourd’hui. Bien sûr Berlin est au centre et tout le monde se concentre sur cette ville et j’aime moi même m’y produire. Mais Frankfort n’est pas aussi mauvaise que sa réputation.”

Axel Boman : “J’ai été très impressionné par beaucoup de ses musiques. Je me souviens que quand j’ai commencé à faire de la musique, je l‘écoutais et je voulais avoir le même son.”

Laurent Garnier était une des têtes d’affiche de cette édition des Nuits sonores. Il s’est produit avec un DJ allemand de 29 ans. Danilo Plessow alias MCDE. Pour les deux, Lyon était une première.

Laurent Garnier: “Je joue la musique qui me fait danser et qui fait danser les gens, je n’ai pas de frontières moi.”

Danilo Plessow alias MCDE : “Ma musique, au sens large, c’est de la techno. Mon environnement c’est beaucoup d’influences noires américaines qui viennent de la disco et de la soul.”

Laurent Garnier : “On se rencontre là. Là c’est le premier jour de vraie rencontre on s’est juste parlé par Skype et c’est la première vraie rencontre, c‘était il y a 2 heures. Pour l’instant tout va bien pour l’instant he is still my friend.”

Wolfgang Spindler, Euronews : “Les nuits sonores sont aujourd’hui dans la première league des festivals européens de musique électro. Un programme riche et dense de quatre jours et quatre nuits où l’on danse jusqu‘à l’aube.”

Prochain article

le mag

Berlin : perspective globale sur la 1ère guerre mondiale