DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Commission européenne : les jeux ne sont pas faits à Bruxelles


monde

Commission européenne : les jeux ne sont pas faits à Bruxelles

Jean-Claude Juncker a peut-être crié victoire trop vite.

Si le Luxembourgeois est adoubé par le Parti Populaire Européen – la première force du parlement de Strasbourg – il est loin de faire l’unanimité au sein du conseil européen, réunissant les dirigeants des 28 Etats-membres de l’Union européenne (l’instance dirigeante chargée de nommer le président de la Commission européenne).

Selon plusieurs journaux allemands, plusieurs capitales – dont Londres et Paris – seraient hostiles à la candidature de l’ancien président de l’Eurogroupe à la tête de la Commission européenne.

David Cameron aurait menacé ses homologues européens d’avancer le référendum sur le retrait de son pays de l’Union en cas de nomination de celui qu’il décrit comme “un homme du passé”.

François Hollande aurait, lui, susurré le nom de Pierre Moscovici à l’oreille d’Angela Merkel, d’après le tabloïd Bild.

La chancelière s’est, elle, prononcée en faveur du Luxembourgeois.
Les négociations ne font donc que commencer.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Réactions mitigées après la libération du soldat américain