DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

La présidentielle vue depuis les camps de réfugiés syriens


Syrie

La présidentielle vue depuis les camps de réfugiés syriens

C’est une file d’attente de réfugiés syriens à la frontière libanaise. Ils sont venus par milliers pour participer à l‘élection présidentielle syrienne dans ce poste-frontière de Masnaa. Qu’ils mettent ou non en doute l’intégrité du scrutin, qu’ils en veuillent ou non à Bashar al-Assad ou aux insurgés pour leur exil forcé, ils vont aller mettre un bulletin dans l’urne, de peur des représailles.

“Ces élections en Syrie sont finalement très honnêtes”, explique ce réfugié. “Les autorités n’ont plus besoin de menacer les gens pour qu’ils aillent voter, ils n’ont plus besoin de pointer un revolver sur la tête des gens. Tout le monde en Syrie, sait ce qu’il va lui arriver s’il ne va pas voter.”

Dans le camp de réfugiés de Zaatari, en Jordanie, 150 000 Syriens ont trouvé refuge. C’est désormais une ville où le degrés de violence est très élevé. Et certains sont très amers :
“Bashar al-Assad se moquent de nous, cette élection est supervisée par les Russes et les Iraniens qui sont impliqués dans le meurtre du peuple syrien, qui ont contribué à nous déplacer. Dites-moi, comment un anti-Bashar pourrait participer à cette élection ?”

Et pour se moquer de l‘élection présidentielle syrienne, pour illustrer “la farce” dénoncée par l’opposition, certains avaient mieux que des mots…

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Espagne : pas de couronnement du futur roi "avant le 18 juin"