DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Radiochirurgie, de plus en plus précise contre le cancer


hi-tech

Radiochirurgie, de plus en plus précise contre le cancer

En partenariat avec

Claudio Rocco, Euronews :

“De nombreux patients, malade du cancer viennent ici dans la fondation Champalimaud à Lisbonne pour pouvoir bénéficier des dernières avancées de la radiochirurgie. Mais de quoi s’agit-il exactement ?”

Il s’agit donc de radiochirurgie ou stéréo radiothérapie. La patient est placé dans un accélérateur linéaire. Il va alors être soumis à un rayon de photons qui va être dirigé vers la tumeur. C’est une version moderne des rayons X. Le rayon est une sorte de bistouri virtuel qui va aller couper la tumeur.
Les progrès les plus importants accomplis avec ces appareils c’est la précision de l’intervention, elle est en deçà du millimètre. De plus la méthode est non invasive et elle permet d’accélérer le traitement de certaines tumeurs.

La fondation Champalimaud à Lisbonne est une ONG dont l’objet est principalement la recherche et le traitement contre le cancer. Elle attend cette année quelques 15 000 patients. Une des pathologies les plus fréquentes est le cancer de la prostate avec 400 000 nouveaux cas chaque année dans l’Union européenne.

L’homme derrière la recherche sur le cancer dans la fondation est le professeur Carlo Greco. Il a amélioré encore la précision de l’appareil en lui adjoignant un certain type de GPS.

Professeur Carlo Greco : “C’est un dispositif de repérage, à l’instar d’un GPS. Il nous renseigne sur ce qui se passe pendant le traitement et cela nous permet de mieux guider le déplacement et de le corriger. Afin d’atteindre un très haut niveau de précision. Au travers de la prostate se trouve l’urètre qui permet à l’urine de passer. Avec notre technique et avec le repérage pendant le traitement nous pouvons épargner l’urètre afin de minimiser au maximum les effets secondaires du traitement.”

Dans cette pièce les chercheurs étudient les traitements pour des tumeurs du poumon. A l’instar de la prostate on en dénombre 400 000 nouveaux cas chaque année dans l’Union. Mais avec un taux de mortalité malheureusement très élevé de 85%. La technique de traitement est la même.

Carlo Greco : “Avant le traitement nous faisons un scanner du patient dans la position où il va être traité. Nous pouvons vraiment voir le volume, l’anatomie de la cible, la prostate dans ce cas.”

Claudio Rocco : “Quels sont les avantages en terme de coût ?”

Carlo Greco : “Elle est intéressante dans le sens ou nous pouvons réduire significativement le nombre de séances. Nous traitons le cander de la prostate en cinq séances. Dans certains cas décelés précocement nous ne faisons qu’une séance. Ce qui veut dire que le traitement est effectué une seule fois, à haute dose ce qui représente un grand avantage pour le patient en terme de confort.”

Nous avons rencontré à la fondation un patient atteint d’un cancer de la prostate. José a été soigné en une seule séance :
“J’ai été diagnostiqué avec une tumeur maligne de la prostate. Mon fils est alors venu ici à la fondation Champalimaud et m’a pris un rendez vous. Ici on m’a dit que je devais faire des séances de radiochirurgie. C‘était comme faire une radio ou un scanner. Ce qui veut dire que je n’ai pas souffert, cela n’a pas été désagréable et maintenant je me sens bien.”

Malheureusement tous les patients n’ont pas eu sa chance mais de nouveaux traitements, de nouvelles techniques (et leurs améliorations comme ici) suscitent de nombreux espoirs. Tant chez les patients que chez les chercheurs.

Le choix de la rédaction

Prochain article

hi-tech

La robotique au service des personnes âgées