DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Le débarquement en couleur


Culture

Le débarquement en couleur

George Stevens faisait partie du Signal Corps de l’Armée américaine. Ce 6 juin 1944, il débarquait lui aussi sur une plage normande. Mais son arme était un peu particulière, il s’agissait d’une caméra 16 millimètres couleur.

Quelque chose d’assez rare pour l‘époque. Les films ont été développés mais ils ont étrangement été oubliés. Le caméraman les a stockés et préservés.

Et c’est son fils, lui même réalisateur qui les a ressortis pour en faire un documentaire.
George Stevens Jr : “J’avais cette sensation que mes yeux étaient les premiers à voir ces jours en couleur. Et j’ai regardé ce film se dérouler avec ce qui se passait sur le navire, tout ces hommes en gilet pare-éclats, les préparatifs. Et dans un coin du navire on voit cet homme, avec son casque, son gilet. Il marche vers la caméra, c’est mon père à 37 ans. C’est très émouvant.”

Le documentaire “George Stevens: D-Day To Berlin” est sorti en 1994, en fait il témoigne du débarquement mais aussi de toute la fin de guerre jusqu‘à Berlin en mai 1945 en passant par la libération de Paris et la découverte du camp de concentration de Dachau.

George Stevens Jr : “Nous pensions alors que c‘était le seul film couleur sur la guerre en Europe. Plus tard on a su que des films allemands avaient été tournés aussi. Mais il s’agit là du plus long film en couleur d’une guerre qu’on ne voyait jusque là qu’en noir et blanc. Et tout d’un coup on pouvait la voir en couleur, cela lui donnait une tout autre dimension.”

Et c’est bien de cela qu’il s’agit. Les couleurs donnent aux images une proximité, une humanité, que l’on n’imaginait pas.

Le choix de la rédaction

Prochain article
Les Nuits Sonores - Projet Garnier, 4ème round

France

Les Nuits Sonores - Projet Garnier, 4ème round