DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Australie : une alerte anti-requins relayée par satellite


science

Australie : une alerte anti-requins relayée par satellite

En partenariat avec

Voici une bouée intelligente, c’est d’ailleurs ainsi qu’elle s’appelle en anglais. Une bouée sensée protéger nageurs et autres surfeurs des requins qui patrouillent parfois un peu trop près des côtes du sud de l’Australie.

C’est d’ailleurs à Perth, là où on a répertorié le plus d’attaques de requins (soit en moyenne une dizaine par an en Australie) qu’une société a développé ce détecteur hi-tech de requins à base de sonar et de GPS. Objectif reconnaître et identifier les squales susceptibles de ne pas faire la différence entre leur régime alimentaire habituel et un paisible et parfois imprudent surfeur.

Hamish Jolly, cofondateur de Shark Mitigation Systems : “Les tests ont permis de mettre en évidence deux choses importantes, la première c’est que nous avons vraiment pu voir qu’un requin utilise un sonar ce qui a été difficile à faire. La seconde c’est que nous avons pu déterminer les caractéristiques particulières du déplacement d’un requin ce qui nous permet de faire la différence entre un requin et d’autres objets dans l’eau.”

Quand le dispositif détecte un requin dans les parages, il envoie immédiatement un signal à un satellite qui relaie l’alerte vers les sauveteurs sur la plage comme Bruce ‘Hoppo’ Hopkins : “Clever Buoy sera une très bonne chose pour les sauveteurs en mer. On saura ainsi qu’il se passera quelque chose d’anormal. Cela va envoyer un message dans la tour et nous pourrons voir vraiment ce qui arrive sur la plage. On saura alors s’il faut activer l’alarme où s’il suffira d’envoyer un jet ski pour contrôler ce qui se passe.”

Le prototype pèse quelque 35 kilos. Il peut être soit déployé sur un bateau soit mis à flotter sur l’eau avec un sonar posé au fond de l’eau.

Commercialement Clever Buoy n’est pas encore tout à fait près. Ses concepteurs veulent encore améliorer le sonar et le logiciel de reconnaissance des requins avant de le mettre sur le marché.

Le choix de la rédaction

Prochain article

science

L'art de la restauration de textiles anciens