DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Coupe du monde : quels enjeux géopolitiques ?


u talk

Coupe du monde : quels enjeux géopolitiques ?

Nuno de Lisbonne :

“Avec la Coupe du monde de football, le Brésil bénéficiera d’une exposition médiatique exceptionnelle. Au-delà de la performance sportive, du spectacle et des retombées économiques, le sport est-il aussi devenu un enjeu géopolitique et diplomatique ?”

La réponse de Pascal Boniface, Directeur de l'Institut de relations internationales et stratégiques (IRIS, Paris) :

“Oui, tout à fait. D’ailleurs, c’est le président du Brésil, Lula qui avait à l‘époque défendu la candidature du Brésil et lorsque son pays s’est vu accorder la Coupe du monde de football 2014, Lula avait dit que c‘était “une grande fierté pour le Brésil”. Un pays qui reçoit une grande compétition sportive mondialisée – Coupe du monde ou Jeux Olympiques – est sous le feu des projecteurs. C’est une première victoire pour lui.
Il y a la victoire dans l’arène sportive, mais le fait de remporter la compétition pour organiser cette même compétition est déjà une grande victoire. C’est quelque chose de très couru, la concurrence est de plus en plus grande. Le temps où seules l’Amérique du Sud et l’Europe pouvaient organiser la Coupe du monde est terminée. Elle a été organisée en Afrique, en Asie et aux Etats-Unis ; elle le sera bientôt en Russie, puis dans le monde musulman.
Comme le sport est mondialisé, la compétition pour obtenir cette immense manifestation sportive est toujours plus vive. De plus, les médias, les réseaux sociaux, les radios et la télévision créent un stade au nombre de places illimitées : chacun peut prendre place. Ce qui était auparavant confidentiel est maintenant vu et suivi par des centaines de millions de téléspectateurs.
Le sport a pris dans l’espace médiatique, dans l’espace sociétal, une importance majeure, il est devenu le reflet de la vitalité des nations, l’image que les nations se donnent d’elles-mêmes. Et dans une période de globalisation où l’on dit que cette globalisation vient effacer les frontières, mais également les identités nationales, le sport les recrée.
Tous les Français par exemple vont se réunir derrière leur équipe, tous les Belges aussi – pourtant, ils sont très divisés entre Flamands et Wallons – et dans chaque nation, qu’il s’agisse de vieilles ou de jeunes nations, tout le monde se réunit derrière le porte-drapeau que réprésentent les équipes nationales. Finalement, nos footballeurs sont des diplomates en short.”

Si vous voulez vous aussi poser une question dans U talk, veuillez cliquer sur le bouton ci-dessous.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

u talk

25 ans après les manifestations de Tiananmen