DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

D-Day : l'émotion des vétérans, l'engouement des touristes


Insight

D-Day : l'émotion des vétérans, l'engouement des touristes

Pour évoquer l’atmosphère autour des cérémonies de commémoration du Débarquement, Olivier Péguy s’est entretenu avec Laurence Alexandrowicz, l’envoyée spéciale d’euronews à Ouistreham (Calvados).

Olivier Péguy, euronews :
La Normandie semble s‘être mise aux couleurs du Débarquement. Qu’en est-il vraiment ?

Laurence Alexandrowicz, euronews :
Un petit peu partout sur les maisons, sur les mairies, on trouve des drapeaux américains, britanniques, canadiens selon les endroits où les Alliés ont débarqué sur les plages. Il y a également des affiches avec cette phrase : “on a tous 70 ans”. On a rencontré une touriste américaine qui nous disait que vraiment dans son cœur, elle se sentait très proche de cette phrase “on a tous 70 ans”.
Les musées sont pleins, il y a énormément de touristes. Les restaurants, les hôtels affichent complets depuis des mois.
Par ailleurs, depuis quelques jours, on peut voir dans les rues, sur toutes les routes de Normandie, des véhicules militaires de l‘époque : des jeeps, avec à l’intérieur des conducteurs habillés en costumes d‘époque. Ce sont des collectionneurs du monde entier, venus de France, de Belgique où ils sont très nombreux, d’Angleterre également. Il y a même des Russes qui sont venus en jeep de Moscou.

Olivier Péguy :
Il y aussi de nombreux vétérans : des Américains, des Britanniques, des Canadiens. Ils ont tous plus de 80 ans. Qu’est ce que ça leur fait à ces vétérans d‘être là ?

Laurence Alexandrowicz :
Cette cérémonie est exceptionnelle parce que c’est sans doute la dernière fois pour beaucoup d’entre eux qu’ils pourront venir participer à un anniversaire comme celui-là. Donc il y a beaucoup d‘émotion.
Ce qu’on ressent le plus chez eux c’est beaucoup de joie d‘être ici, beaucoup de fierté, et puis quand on leur parle, qu’on les interviewe, il y a toujours une petite larme au coin de l‘œil puisqu’ils se souviennent évidemment de leurs camarades tombés sur ces plages.
Les touristes qui les rencontrent expriment un grand engouement pour ces vétérans. Ils sont 1800 attendus en Normandie et ces vétérans se font prendre en photo avec les touristes, les gens les embrassent… On a vu un groupe de trois Américaines chanter une petite chanson des années 1940 à un vétéran de 94 ans, ce même vétéran qui nous disait avec beaucoup de facétie : “je ne vous ai pas tout raconté parce que j’en garde pour le 80ème et le 90ème anniversaire…”
Et puis, il y a quelque chose qui revient aussi : ils ont peur qu’il y ait une nouvelle guerre, ils en parlent et ils regrettent que leur sacrifice n’ait pas pu servir pour que nous ayons une Europe et un monde beaucoup plus en paix.

Olivier Péguy :
De manière générale, les commémorations autour des guerres attirent de nombreux touristes français et étrangers. Comment cela s’explique ?

Laurence Alexandrowicz :
Il faut dire que 2014 est une année exceptionnelle puisqu’on fête le 70ème anniversaire du débarquement en ce début de mois de juin. Et à la fin du mois de juin, à Sarajevo, il y aura également le centenaire de la guerre de 1914.
Je pense qu’en période de crise les gens se raccrochent à ces valeurs véhiculées par ces jeunes soldats venus libérer la France et l’Europe. Il y a beaucoup de touristes, notamment américains, qui nous ont dit combien il était important pour eux d’honorer la mémoire des morts.
Et puis, comme je l’ai dit, dans dix ans il n’y aura peut-être plus de vétérans. C’est pour cela que cette année, il y a spécialement beaucoup de monde. On attend d’ailleurs en Normandie, entre juin et septembre, pour les 400 manifestations organisées autour de cet anniversaire du débarquement, 8 millions de touristes.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Auto-traduction

Auto-traduction

Prochain article

Insight

Syrie : élection présidentielle jouée d'avance dans un pays en guerre