DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

D-Day : une après-midi très politique à Ouistreham

Vous lisez:

D-Day : une après-midi très politique à Ouistreham

Taille du texte Aa Aa

L’image était très attendue : celle de Barack Obama, Vladimir Poutine et Petro Porochenko réunis pour la première fois.

Le cliché a été pris, ce vendredi, au château de Bénouville à l’occasion des cérémonies du 70e anniversaire du débarquement allié en Normandie.

Le déjeuner d’Etat s’est avéré très politique pour François Hollande en pleine crise ukrainienne, dans ce haut-lieu de la résistance.

Deux rencontres bilatérales, russo-ukrainienne et russo-américaine, ont ainsi eu lieu en marge du déjeuner.

La vingtaine de chefs d’Etat et de gouvernement a ensuite rejoint la petite ville d’Ouistreham, dans le Calvados, pour assister à la cérémonie internationale.

28 845 soldats britanniques précisément, épaulés par les 177 fusiliers marins français du commandant Kieffer, étaient chargés de débarquer sur cette plage, baptisée “Sword Beach” par les alliés.

Cette place forte de la défense allemande fut le théâtre, elle aussi, de combats sanglants.

630 soldats britanniques et dix Français y sont morts le 6 juin 1944.

8000 personnes ont été invitées à la cérémonie, dont 1800 vétérans, bercés par un soleil radieux. Il y a soixante-dix ans, la météo avait été moins clémente : beaucoup périront noyés dans une mer démontée.

Dans l’unique discours de cette cérémonie, François Hollande a salué le courage des soldats britanniques, des alliés, de l’Armée Rouge, et des peuples de l’ex-URSS. Il a également rendu hommage aux Allemands, “victimes eux aussi du nazisme”, selon lui.

Profitant de cette audience exceptionnelle, il a insisté sur le “devoir” de paix des dirigeants mondiaux.

“La liberté est un combat. La liberté n’est pas une évidence comme certains pourraient le croire au sein de nos nations, ceux qui pensent que la liberté est comme l’air que nous respirons, naturel, et qu’il n’y a même pas lieu d’y penser. Pourtant la liberté est toujours un combat, elle n’est jamais acquise”, a déclaré le président français.

La cérémonie s’est achevée par un spectacle de 45 minutes retraçant les étapes importantes du Jour J et de l’histoire de l’Europe.

Une manière poétique d’insuffler aux jeunes générations la passion de l’Histoire et un certain sens du devoir de mémoire.