DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Première rencontre prometteuse entre présidents russe et ukrainien


France

Première rencontre prometteuse entre présidents russe et ukrainien

Un début de dialogue prometteur… C’est l’impression qui domine après la rencontre, vendredi en France, des présidents russe Vladimir
Poutine et ukrainien Petro Porochenko, en marge des célébrations du Débarquement du 6 juin 1944. Les deux dirigeants se parlaient pour la
première fois. Et pour cause :le Russe n’a pas reconnu formellement la légitimité de l’Ukrainien.

“Nous nous sommes assis et nous avons parlé pendant environ un quart d’heure, a commenté Vladimir Poutine sur une chaîne de télévision russe. Je ne peux pas vraiment vous dire qu’il s’est agi d’une
conversation détailllée. Néanmoins, nous avons abordé les principaux sujets relatifs à la résolution de la situation actuelle en Ukraine et au développement de nos relations économiques.

Je ne peux pas ne pas saluer la position de M. Porochenko sur la nécessité de faire cesser immédiatement l’effusion de sang dans l’est de l’Ukraine, a-t-il poursuivi. Il a un plan pour cela. Mais ce que ce plan dit, c’est à lui qu’il faut le demander.” Le président ukrainien n’a pas voulu préciser. Il s’est contenté d’afficher un certain optimisme en qualifiant cet échange de “bonne chose” et en évoquant la venue en Ukraine d’un représentant russe pour discuter de “premières mesures”.

Vladimir Poutine a également rencontré son homologue américain, Barack Obama. L’entretien a duré une dizaine de minutes. On ne sait pas ce que les deux dirigeants se sont dit. Les Américains avaient démenti la rencontre. C’est la présidence française qui l’a fait fuiter… sans doute pour valoriser la belle performance diplomatique que le chef de l’Etat français François Hollande, très impopulaire dans son pays, a réussi à l’occasion de ces commémorations.

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Américains et Britanniques rendent hommage à leurs soldats