DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Comment faire le grand ménage dans le football ?


the-network

Comment faire le grand ménage dans le football ?

À l’heure de la Coupe du monde au Brésil, les instances du football mondial s’efforcent de s’attaquer aux matchs truqués, mais aussi aux riches propriétaires de clubs qui dépensent un maximum pour gagner. Les autorités européennes par exemple ont déjà identifié quelque 200 nouvelles rencontres cette année et disent vouloir se montrer vigilantes lors de ce Mondial.

L'UEFA a d’ores et déjà mis en place les règles du fair-play financier visant à sanctionner les clubs qui injectent des dizaines de millions d’euros pour couvrir des pertes. Mais certains les dénoncent estimant qu’elles faussent la concurrence et maintiennent en Europe, l’hégémonie des grands clubs sur les petits en constituant une sorte d’“Oligopoleague”.

Parmi nos invités, Marc Tarabella, eurodéputé belge du Groupe de l’Alliance Progressiste des Socialistes et Démocrates (S&D) au Parlement européen, assure que l’objectif de ces règles, c’est bien de rendre le football “plus sain” : “de promouvoir le sport, l‘éthique – chez les jeunes notamment – et les valeurs que le sport véhicule et aujourd’hui,” poursuit-il, “c’est le pognon qui fait la loi et c’est ce qu’on voudrait essayer de remettre en cause modestement.”

De son côté, Jean-Louis Dupont, un avocat liégeois qui conteste les règles du fair-play financier instaurées par l’UEFA, reconnaît que “le fair-play est un beau mot et tout le monde est pour la bonne gouvernance, mais dans la réalité,” ajoute-t-il, “la règle actuelle telle qu’elle a été mise en place par l’UEFA ne fera qu’accroître la différence entre l‘élite européenne composée d’une quinzaine de clubs et le reste des clubs : on va assister,” insiste-t-il, “à la mise en place d’une véritable NBA qui ne dit pas son nom.”

Enfin, concernant les matchs truqués, notre troisième invité, Georges Grün, ancien joueur de foot, nous fait part de son expérience : il a disputé trois Coupes du monde sous les couleurs de la Belgique. “J’ai connu malheureusement lors de la Coupe du monde aux Etats-Unis un huitième de finale qui s’est joué contre l’Allemagne,” raconte-t-il, “où clairement, on a été volé par un arbitre qui a favorisé l’Allemagne : malheureusement,” ajoute-t-il avant de conclure : “je crois qu’on a toujours vécu ce genre de problème et on le vit encore, il y a toujours cette forme de “protection” des grandes puissances financières présentes dans le football.”

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

the-network

Parlement européen : quelles solutions pour la coalition face aux partis extrémistes ?