DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Festival Gnaoua : des Caraïbes au Mali...


le mag

Festival Gnaoua : des Caraïbes au Mali...

En partenariat avec

Mario Canonge a du sang caribéen qui coule dans ses veines. C’est d’ailleurs là qu’il est né sur l‘île de la Martinique. Il a commencé à jouer du piano à l‘âge de 14 ans et il a étudié la musique à Paris. Il est venu avec son trio au Festival de musique Gnaoua à Essaouira.

Mario Canonge : “Je m’intéresse en fait au delà du Jazz à toute les musiques. Moi je suis quand même Caribéen je ne l’oublie pas, même je suis un fan du jazz, quelqu’un qui aime le jazz: Ma musique reste avant tout la musique des Caraïbes que je défends.”

Mario Canonge a rejoint sur scène le Maâhlem, le maître, Mohamed Kouyou pour s’essayer aux rythmes gnaoua.

Mohamed Kouyou : “Dieu merci, nous êtions si heureux que le public a apprécié. C’est un grand succès pour la fusion de notre musique marocaine Gnaoua avec la world music.”

Mario Canonge : “En fait il fallait qu’on y aille au fur et à mesure, il ne s’agit pas d’essayer de rentrer tout de suite dans la musique et de dénaturer le sens même de cette musique, donc moi personnellement j’ai essayé de rentrer doucement au fur et à mesure comme ca jusqu‘à ce qu’il y ait une espèce de symbiose entre nous et puis que la communication puisse se faire.”

le festival est aussi une plateforme pour les musiciens africains à l’instar de Bassékou Kouyagé. Il est l’un des chanteurs maliens les plus connus. Sa musique est très impliquée dans les questions politiques et sociales de son pays.

Bassékou Kouyaté : “Il y a plus de 300 ethnies diffèrentes au Mali donc, chaque ethnie a sa musique, sa culture et sa langue. C’est pour ça je dis toujours aux Maliens, si 300 ethnies demandent la division du Mali chacun va être avoir 5 mètres carrés. C’est mieux de trouver une bonne formule pour notre pays, on met cartes sur table. Mais quand même je vais toujours continuer. Continuer à sensibiliser, continuer à chanter pour la paix, pour que la paix vienne en Afrique.

Amy Sacko est l‘épouse de Bassekou Kouyaté, elle est aussi la chanteuse du groupe Ngoni Ba, ses deux fils jouent aussi dans ce groupe dont tous les instruments sont des instruments traditionnels africains.

Le choix de la rédaction

Prochain article

le mag

Didier Lockwood ouvre le festival Gnaoua