DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Un 7e jour de grève en vue pour les cheminots français

Vous lisez:

Un 7e jour de grève en vue pour les cheminots français

Taille du texte Aa Aa

La grève a été reconduite pour 24 heures. Ce lundi, premier jour de BAC, le trafic a été perturbé, mais il n’y a pas eu plus retard à l‘épreuve de philo qu’un jour ordinaire. En Ile-de-France, 6 trains sur 10 sont restés à quai. Les liaisons intercités et TER étaient les plus touchées.
Le Premier ministre Manuel Valls plaide pour l’arrêt du mouvement :

“cette grève n’est pas utile, ça fait 18 mois que nous discutions avec les organisations syndicales et cette grève n’est pas responsable dans la situation du pays et, encore plus, un jour de BAC. Il est temps d’arrêter”.

A la veille du débat parlementaire sur la réforme ferroviaire contestée, le coût de la grève est estimée à 80 millions d’euros par la SNCF. Les usagers trinquent, mais les syndicats pensent à leur avenir.

“Cela fait six jours que je suis en retard. J’ai eu un avertissement, à chaque fois, je dis, “c’est à cause de la grève”, mais au bout d’un moment, le patron en a marre”, explique ce voyageur, gare St Lazare.

Pour la CGT et SUD-Rail, le projet de réforme ne règle pas le problème de l’endettement et ne va pas assez loin dans la réunification de la SNCF et de Réseau ferré de France.
Cette réforme a officiellement pour but de stabiliser la dette du secteur ferroviaire qui s‘élève à 44 milliards d’euros et de préparer son ouverture totale à la concurrence.