DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

L'Argentine refuse de céder aux fonds "vautours"

Vous lisez:

L'Argentine refuse de céder aux fonds "vautours"

Taille du texte Aa Aa

La possibilité d’un défaut de paiement de l’Argentine inquiète le Fonds monétaire international qui estime que le jugement de la justice américaine peut menacer dans le monde les futures restructurations de dette publique.
Depuis le défaut de 2001, Buenos Aires rembourse progressivement sa dette envers 93% des créanciers privés qui ont consenti en 2005 et 2010 une remise de dette d’environ 70%.

Mais les 7% de créanciers restant : des fonds spéculatifs, ont refusé cet accord et activé l’option judiciaire pour réclamer 100% de la valeur nominale de bons qu’ils avaient achetés à bas prix.
On les appelle les fonds “vautours”.

“Nous ne permettrons pas qu’ils nous empêchent d’honorer nos engagements avec nos créanciers, a affirmé Axel Kicillof, le ministre argentin de l’Economie. Nos engagmenets avec les détenteurs d’obligations qui ont consenti cette restructuration de notre dette : les 93% de créanciers qui reçoivent des intérêts car ils ont accepté la restructuration. Qui les reçoivent régulièrement et qui ont leurs obligations en poche. Nous ne pouvons pas nous permettre de revenir sur nos échéances de paiement”.

Le jugement stipule que l’Argentine verse 1,4 milliard de dollars aux fonds “vautours” NML Capital et Aurelius Management. Mais ce règlement ferait boule de neige et les autres fonds qui ont refusé les restructurations de la dette argentine depuis 2005 pourraient exiger le même traitement.

Ce seraient alors non plus 1,4 milliards de dollars mais 15 milliards supplémentaires que devrait débourser l’Argentine. Chose impossible vu les réserves en dollars de la Banque centrale argentine.