DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Ukraine: le président Poroshenko appelle à un cessez-le-feu temporaire pour cimenter le plan de paix

Vous lisez:

Ukraine: le président Poroshenko appelle à un cessez-le-feu temporaire pour cimenter le plan de paix

Taille du texte Aa Aa

Le président ukrainien Petro Poroshenko serait prêt à ordonner un cessez-le-feu unilatéral dans le sud-est de l’Ukraine. Il s’agirait de la première étape de son plan de paix.

Ce cessez-le-feu, pourrait intervenir d’ici “quelques jours” selon le ministre ukrainien de la Défense Mykhaïlo Koval. Mais il n’aurait pas vocation à durer. Il servirait davantage d’amorce à un processus de désescalade. Petro Poroshenko a notamment promis l’amnistie “à ceux qui déposeront les armes et à ceux qui n’auront pas commis de crimes graves.” Une demande jugée inacceptable par les séparatistes pro-russes qui affirment ne pas faire confiance au dirigeants ukrainiens.

L’idée du cessez-le-feu unilatéral a été évoquée dans la soirée de mardi à mercredi, lors d’un entretien téléphonique entre Petro Poroshenko et son homologue russe Vladimir Poutine.

Malgré les proposition de Petro Poroshenko, une désescalade dans les région reste une perspective lointaine. De nombreuses sources de tension persistent.

Dernier épisode en date, la mort de deux Russes. Le journaliste Igor Korneliouk et le preneur de son Anton Voloshin travaillaient tous deux pour le groupe de télévision publique russe VGTRK. Le premier a été victime de tirs de mortiers de l’armée ukrainienne près de Lougansk. Le second a été retrouvé mort dans une zone de combats après avoir été un temps porté disparu.

Petro Poroshenko a présenté ses condoléances à Vladimir Poutine et promis une enquête sous sa supervision. Le Conseil de sécurité des Nations Unies a lui aussi exigé une enquête plus généralement sur les cas de violences envers les journalistes.

Ces victimes sont les dernières d’une liste qui ne cesse de s’allonger à mesure que le conflit se prolonge. Depuis le début de l’offensive de l’armée ukrainienne contre les séparatistes pro-russes pour reprendre les contrôle des régions de l’est et du sud-est du pays, le 13 avril, au moins 356 personnes ont été tuées. Chiffre fourni par Gianni Magazzeni, auteur d’un rapport sur la situation en Ukraine pour le bureau du Haut-commissariat aux droits de l’Homme des Nations Unies.

Dans son rapport, Gianni Magazzeni accuse les rebelles de faire régner la terreur dans les régions de l’est ukrainien.

Autre source de tension entre Kiev et Moscou, le gaz. Ainsi hier, dans le nord-ouest de l’Ukraine, une explosion a endommagé un gazoduc fournissant l’Europe en gaz russe. Les deux voisins s’accusent mutuellement d’en être responsable. Le géant gazier russe Gazprom a affirmé ce matin que l’approvisionnement européen n‘était pas affecté.

Cette explosion intervient au lendemain de la décision de Moscou de ne plus fournir de gaz à son voisin tant qu’il n’avait pas remboursé sa dette, équivalente à plus de trois milliards d’euros.